35 ans de travail et si peu de photos.

 

Cette fois, j’ai fait des photos. La semaine avant la signature de la vente, j’ai fait le tour des bureaux, du dépôt. J’ai pris également des photos à l’extérieur pour avoir une vue d’ensemble. Nous avons posé, fiers et bien droits, afin d’immortaliser l’instant.

J’ai plus de 35 ans de travail et si peu de photos

Pour mon premier emploi, je travaillais dans un garage. Je revois le bureau, l’imposante machine à écrire, le carbone qu’on plaçait entre chaque feuille. Il me semble entendre le bruit de la machine,  lors  de la frappe des factures.  Comme si c’était hier, je revois l’apprenti qui changeait, chaque matin, le prix du carburant sur les pompes à essence.

Je n’ai aucune photo et j’ai oublié le nom de cet apprenti. Il doit avoir 50 ans, maintenant.

J’ai quitté ce poste, je suis venue en Corrèze. Deux mois plus tard, j’avais un emploi d’assistante commerciale. Mes souvenirs sont intacts : les bureaux, la salle de réunion. Les commerciaux avaient encore le droit de fumer au travail, nos vêtements sentaient constamment le tabac. là, je me souviens des prénoms de chacun. J’ai gardé quelques triptyques sur papier glacé des journées Portes Ouvertes, où nous apparaissons furtivement.

Je n’ai aucune photo des bureaux où nous avons passé plus de 10 ans.

Par la suite, j’ai travaillé dans trois endroits différents. J’ai 5 photos !  De si maigres souvenirs alors qu’on y passe un temps fou dans ces bureaux ! Ça vit, ça bouge, ça grouille d’idées, ça ronronne aussi parfois.

Bien sûr, à l’époque, on ne se baladait pas, comme maintenant, avec un appareil photo. On le prenait en week-end, pour les fêtes, pour la famille, mais jamais au travail. Dans nos albums, nous avons des souvenirs de moments furtifs, de réveillons où l’on ne connait pas la moitié des gens, de sorties sportives sans intérêt et bizarrement, le bureau, l’endroit où l’on passe le plus de temps, on l’oublie.

Si je peux vous donner un conseil, cette semaine, prenez des photos au travail, le lieu, vos collègues … Immortalisez ces moments qui vous paraissent futiles. Mitraillez les belles armoires grises, les multiprises et le photocopieur, zoomez sur les discrets, les exubérants,  les énergiques, les tire-au-flanc, n’oubliez personne et traquez les moindres recoins.

C’est important, vous serez contents de les regarder, plus tard.

Photo à la une : Designed by Freepik

16 Commentaires

  1. La baladine

    C’est l’avantage d’avoir travaillé au Club Med ; des photos, j’en ai une boîte pleine, et grande, la boîte! Prises par les collègues (les G0), les clients (les GM), les photographes attachés au Club, des photos, et puis des courriers, plein aussi, de toutes sortes, des cartes postales, des dessins d’enfants, des lettres, des mots tracés à la va-vite sur des cartes de visite, des bouts de nappe en papier, des dessous de verre en carton, et même un mouchoir en papier! Je suis retombée dessus il y a peu, à l’occasion d’un grand tri. Quel pied!
    Tu as raison, il faut y penser, c’est quand même un sacré temps de vie!

    Réponse
    • Jo

      Cool ! Effectivement, au club ou en vacances en général, tout le monde avait son appareil photo en permanence. C’est bien pratique pour fabriquer des souvenirs. Je regrette bien d’avoir si peu de photos, mais c’est trop tard. Je vais prendre une photo de mon conseiller Pole Emploi, ce sera un bon début pour la suite !

      Réponse
  2. Janachète

    Effectivement j’ai très peu de photos de moi dans les divers cabinets dentaires où j’ai bossé et même pas une dans le mien à l’époque où je l’avais.
    C’est une grave lacune . Heureusement j’en ai 2 ou 3 des dernières années.
    On ne pense pas assez aux souvenirs de travail pour nos vieux jours. Mais plutôt à ceux de nos enfants petits .
    Bises !

    Réponse
    • Jo

      la génération quinqua est malheureusement dans ce cas, en général. Dommage pour nous. Tout ce temps passé et des souvenirs qui s’effacent
      Je te souhaite un bon week-end. Bises

      Réponse
  3. Beatrice

    Oh comme tu as raison !!!
    Moi je garde précieusement les clichés pris avec les collègues quand j’ai travaillé comme prof des écoles en maternelle. D’excellents souvenirs ces carnavals et kermesses !!!
    Bonne soirée !

    Réponse
    • Jo

      Oui, mais comme tu dis, les photos étaient prises pour des fêtes, pas au quotidien.
      Je me souviens, au garage où je travaillais, j’ai acheté une petite 104 d’occasion. Nous avons fait un petit apéritif. J’aimerais bien revoir ce moment en photo mais je n’ai rien. C’est bien dommage.

      Réponse
  4. Matchingpoints

    On a trop négligé le quotidien pour le pendre en photo. C’était plutôt réservé aux voyages , aux fêtes. Le numérique semble faire le contraire, nos ordinateurs sont pleins, (parfois même trop), de photos et même de la vie de tous les jours. Peut-être une question de génération ?

    Réponse
    • Jo

      C’est ça, c’est une question de génération. la photo, c’était un acte réfléchi, pas spontané comme aujourd’hui.

      Réponse
  5. Tania

    Je suis entièrement d’accord avec toi . J’ai commencé à donner des cours à l’âge de 20 ans . Bien évidemment je n’ai pas de photos. Je n’en ai quelques unes des spectacles, ainsi que des cassettes vidéos et DVD . Mais , tout comme toi j’ai commencé à mitrailler mes élèves quelques années avant de cesser mon activité et je regarde toujours ces photos avec plaisir, voire maintenant avec un petit pincement au cœur. Merci pour cet article
    Tania

    Réponse
    • Jo

      Pas de photos, ou si peu. La nouvelle génération n’aura pas ce problème, ils prennent des photos sans arrêt.
      Je regrette, mais on ne peut pas revenir en arrière et nous sommes tous dans le même cas, je suis sûre que mes collègues de l’époque n’en ont pas pris non plus. Bonne journée.

      Réponse
  6. Daphné @ Be Frenchie

    Mais oui, c’est si juste. Et les entreprises pourraient, d’ailleurs, créer un marathon photo pour créer un album collectif. C’est aussi une manière de créer du lien et de l’attachement. Ces derniers jours doivent être étranges et j’imagine votre émotion en faisant les mêmes gestes une dernière fois. C’est une sacrée tranche vie !

    Réponse
    • Jo

      Je crois, Daphné, que c’est une question de génération. Les trentenaires d’aujourd’hui doivent avoir 500 photos de leur bureau et de leurs collègues. Nous, nous n’y pensions pas, tout simplement et je le regrette.
      Oui, les jours sont étranges, on jette ce qui a plus de 10 ans et on range 2007, 2008, 2009 … dans des cartons.
      Mais j’ai déjà tourné la page, je pense à un petit week-end de 4 jours prochainement et à mes vacances en Juin.

      Réponse
  7. monneron florence

    tu as raison, je me souviens encore des prénoms de mes collègues d’il y a 30 ans(mon 1er job), assistante cpmmerciale; toute ma vie, j’ai fait ce job jusqu’au jour de mon AVC en revanche pas dans la même société.J’ai changé souvent de société.Donc, là dessus, je te dis RESPECT !!!!!
    Les photos aucune maintenant que tu en parles: c’est fou, ça!!!!!
    gros bisous et bonne route, ma JO

    Réponse
    • Jo

      Pas de photos et j’ai oublié le nom de certaines personnes à mon premier travail, j’ai la mémoire qui flanche !
      Bon, il y a plus de 30 ans, c’est peut être normal. Je crois que notre génération n’a pas pensé à immortaliser ces moments, au travail. On n’a plus que les souvenirs dans un coin de nos têtes. Bonne journée à toi. Je retourne à mes cartons.

      Réponse
  8. Solange

    CC Jo,

    Je suis bien d’accord avec toi c’est de bons souvenirs surtout que depuis j’ai perdu certaines collègues de travail et je suis toujours émue de les revoir en photo, par contre mes 1er boulots quand j’étais jeune je n’ai pas de photos non plus quel dommage?
    Bonne journée,
    bises

    Réponse
    • Jo

      Je crois que nous sommes tous dans le même cas, nous ne prenions pas de photos au travail. Comme tu dis, c’est dommage, je n’ai les souvenirs que dans un coin de ma tête, je ne peux pas les partager. Bonne journée.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *