Alcoolisme mondain

On dit qu’une personne est alcoolique quand elle consomme de l’alcool chaque jour, en quantité importante, dans la solitude et la désespérance.

Un bon verre de whisky.

Un bon verre de whisky.

Je ne suis pas de celles ou ceux qui cachent une bouteille au fond d’un placard et qui picolent, au goulot, jusqu’à l’ivresse.

Nous pratiquons l’alcoolisme mondain, celui de la fête, en respectant les codes de l’élégance, c’est-à-dire en trempant nos lèvres dans une coupe de Moët. Hum, hum …

Je dois avouer que j’aime l’alcool, mais ce n’est pas réciproque. Je m’en suis rendue compte à la fin de l’adolescence, à l’heure des premiers apéros. J’avais les joues rouges comme un nain de jardin, en buvant un simple Porto. J’étais écarlate, donc tout le monde pensait que j’étais ‘pompette’.

 

Joues roses nain de jardin

Joues roses nain de jardin

Il m’est également impossible de boire un verre de vin blanc sans avoir très mal à la tête et je suis nauséeuse après deux verres de champagne.

Heureusement, il me reste la Suze (oui, j’aime la Suze !) , le vin rouge et le whisky. D’ailleurs, je tiens bien le whisky ! Jamais de gueule de bois, tout au plus quelques gestes malhabiles. Un soir, il y a quelques années, chez mes voisins,  j’ai voulu goûter les cinq sortes de whisky qui étaient dans leur bar. On a peur de rien, après trois verres, surtout pas du ridicule. Je tenais, à tout prix, à leur démontrer que cet alcool n’a aucun effet sur moi. J’ai réussi à garder le contrôle, je me souviens de tout et surtout du retour à la maison : 500 m de route, en tanguant …

Je ne suis pas concernée par les excès, je bois très peu. Avec le temps, on apprend à gérer l’alcool, en soirée. On ne se fait plus « cueillir en beauté » par des mélanges hasardeux, qui nous mettent la tête à l’envers.

On remarque que  le vocabulaire de l’ivresse n’est pas des plus distingués. On qualifie celui qui est porté sur la bibine,  de poivrot, d’arsouille, de sac à vin, de pochtron, d’ivrogne, de soiffard. On dit qu’il est beurré, bourré, pinté, bituré, cuité,   imbibé, cramé, murgé, torché, rond comme une barrique.

Si l’on a bu trop d’alcool, si on a vidé le cubi de rouge en deux heures, pas de problème, les mots ci-dessus feront bien l’affaire.

Par contre, en fin de soirée un peu mondaine, on ne dit surtout pas – Je suis camphré, j’ai pris une sacrée biture !

Non, on reste distingué. La meilleure chose à dire, c’est cette phrase :

« Je vide ma bouteille, je bois jusqu’au soleil
Je vole jusqu’à la lie des mille et une nuits … »

reprise dans une chanson de Marc Lavoine  « Je descends du singe »

Avec ces mots, on reste digne, boire jusqu’au soleil … C’est tellement chic

 L’abus d’alcool est dangereux pour la santé

36 Commentaires

    • Jo

      Je ne sais pas si c’est de la honte. Pas si sûr ! L’alcoolisme ‘mondain’, c’est sournois. Les gens boivent énormément en soirée mais n’ont pas toujours conscience de la quantité. Ils pensent que ça fait partie de la fête et que c’est anodin.

      Réponse
  1. Visiteuse

    Quand même, vous avez vu le nombre de commentaires ? (je sais pure question rhétorique) mais bon, Il y a des sujets porteurs, allez savoir pourquoi…
    Tout simplement parce que selon le 1er postulat de PARDO « Les bonnes choses de la vie sont illégales, immorales ou font grossir »…
    Sur ce, bonne soirée.

    Réponse
    • Jo

      J’aime bien les commentaires, j’adore le blog de Pensées By Caro, où les commentaires sont aussi intéressants que les billets.

      Réponse
  2. zenopia

    Etre enceinte m’a vaccinée des excès d’alcool… j’ai pu constater que ce n’était pas toujours très glorieux d’être pompette… mon ex et son père buvaient aussi beaucoup… ça aide à la vaccinaion…
    Et puis, mon estomac ne tient plus : 2 ou 3 verres, pas de mélange surtout… Mais j’aime la suze… et le cynar !
    Belle journée

    Réponse
    • Jo

      D’après les commentaires, les blogueuses sont raisonnables. Je suis d’accord avec toi, le pire, ce sont les mélanges mais on les évite. Tu devrais nous donner des astuces pour ranger le bar, chez moi il y a des bouteilles offertes ou ramenées de vacances qui sont là depuis des années.

      Réponse
      • zenopia

        J’ai trié ma cave/bar il y a quelques temps : interdiction de racheter du vin tant qu’on n’a pas vidé au moins la moitié de nos bouteilles + tri et don des alcools qu’on ne boit jamais (j’ai donné des bouteilles à mes parents et d’autres à des collègues) + rangement par « type » sur des étagères (les apéros ensemble, les whiskies, etc.).
        Cela m’a pris une petite heure mais je m’y retrouve mieux… 🙂

        Réponse
        • Jo

          Une petite heure, je vais bien trouver ce temps dans le week end.
          Promis, ce week-end, je vide le bar (enfin, je range le bar …)

          Réponse
  3. monneron florence

    avec mon passé, je ne laisserai pas plus de commentaire que ça……. gros bisous. A la bonne vôtre

    Réponse
    • Jo

      Oui, je comprends, ce billet ne doit pas te faire rire mais promis, j’en écrirai d’autres sur des sujets plus futiles. Bonne journée

      Réponse
  4. Janachète

    Je ne suis pas très alcool mais un petit mojito en apéro lors d’une soirée j’adore. Et l’été un verre de rosé de temps en temps me suffit.
    Même le champagne ne me fait pas rêver je crains les bulles.
    Mais tu as raison restons dans l’élégance pour boire avec modération.
    Bises +

    Réponse
    • Jo

      Je constate que tout le monde a son petit plaisir alcoolisé, vodka, mojito, gin. Moi, c’est un verre de Suze ou de Whisky, quand je suis en forme.
      Un verre d’alcool, ça reste convivial et ça fait pétiller les yeux. Bises à toi aussi

      Réponse
  5. chiffonsandco

    les excès et moi, c’est fini depuis longtemps !

    Réponse
    • Jo

      Tu dis ça avec regret ou avec fierté ?

      Réponse
  6. nadine

    A la tienne Etienne !

    Réponse
    • Jo

      Oui, trinquons, mais avec modération.

      Réponse
  7. Visiteuse

    Vous f(l)ûtes bien inspirée ma chère de ne point terminer votre verre.

    Avez-vous remarqué aussi que parfois on peut être saoulé sans même une goutte d’alcool, un comble !
    Il paraît que j’y arrive très bien et ne croyez pas que j’en sois fière.
    Parce que je n’aime que la vodka et le vin rouge.
    La vodka car c’est un breuvage solaire et le vin rouge, c’est l’ode à la terre. En boire c’est rendre hommage à la nature et au génie humain d’avoir inventé le procédé.
    Le vin est une boisson lunaire car c’est dire oui aux essences de ceci, aux évanescences de cela et la quintessence de ceci cela.
    Hélas les bons crus restent hors de ma portée, mais leurs étiquettes me font rêver.
    En attendant que ça vrille, vive la virtualité en vers et verre mesurés.
    Vive Bacchus et Dionysos mes héros (avec Prométhée bien sûr, celui qui pense avant)…

    Réponse
    • Jo

      Moi aussi, j’arrive très bien à saouler mon entourage, surtout mes filles.
      La vodka, est-il nécessaire de jeter le verre par dessus l’épaule ? Faut renouveler la vaisselle souvent !
      Et je reprends volontiers – Vive Bacchus et Dionysos, nos maîtres. Je n’ose dire nos guides …

      Réponse
      • Visiteuse

        Il est nécessaire oui de jeter son verre !
        Mes parents jeunes adoraient faire la fête, ils se retrouvaient les uns chez les autres, pour chanter, rigoler, manger, boire et casser des verres en dansant sur la table. Une fois ma mère a même cassé le lustre. Oups ! Mais ce n’était grave pour personne (et puis ce n’était pas du Murano non plus). Evidemment le cadeau tout trouvé était des packs de verres pour reconstituer les stocks. En ce temps là on savait faire tourner à fond l’industrie Arcopal …

        Будем здоровы !

        Réponse
        • Jo

          C’est vrai que les russes ont le sens de la fête, mais ils boivent souvent de la vodka frelatée qui grille les neurones.
          la vodka, ça fait monter sur la table et casser les verres. Je vais rester au whisky, ça se boit dans un fauteuil club devant la cheminée, c’est plus calme.
          Будем здоровы Traduction ?

          Réponse
          • Sissi

            Alors petite « malinôss », toi aussi tu as étudié le russe dans tes jeunes années et tu nous l’avais caché ?
            Будем здоровы : santé (se prononce : boudièm zdarovi, en roulant le « r »)

            Réponse
            • Jo

              Non, c’était sur un commentaire et j’ai demandé ce que ça voulait dire.
              Le russe, c’est du chinois pour moi.

              Réponse
          • Visiteuse

            Будем здоровы ! : A votre Santé !.

            Mais vous avez tout à fait raison, fauteuil club devant un feu de cheminée à siroter son verre de whisky au son d’une musique jazz, c’est nettement plus classe.
            Carrément ça me fait envie, sauf hélas que je n’ai ni club, ni cheminée et que je n’aime pas le whisky.
            Mais « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse »
            Et ce n’est pas moi qui le dis…

            Réponse
            • Jo

              Moi non plus, je n’ai ni club, ni cheminée mais la bouteille de whisky attend sagement dans le bar. Jamais en semaine, on sait se tenir !

              Réponse
          • Sissi

            Ah oui, j’avais mal lu les com’. Alors c’est Madame Visiteuse qui a étudié le russe ou a des origines russes peut-être ? En tous les cas, l’un ou l’autre, c’est ma copine mais bon ici il n’y a que des copines fussent-elles virtuelles hein ?!

            Réponse
            • Jo

              Si ce blog peut créer des amitiés, même virtuelles, c’est gagné !

              Réponse
  8. manoudanslaforet

    de ne pas boire…

    Réponse
  9. manoudanslaforet

    On dit malade alcoolique (l’alcoolisme est une maladie) : c’est une personne qui n’a plus la liberté de na pas boire.
    Juste une petite précision (je parle en connaissance de cause!!)
    Contente de te retrouver…

    Réponse
    • Jo

      Je suis revenue en septembre, merci de passer par ici.
      Dans mon billet, je ne porte pas de jugement, je sais que l’alcoolisme est une maladie et qu’il soit caché ou mondain, c’est une véritable drogue. Là, j’ai pris le parti d’en rire, de parler de pochtron et de biture. Ces mots sont tellement moches.

      Réponse
    • monneron florence

      je suis d’accord avec toi rt moi aussi je parle car j’ai été concernée et que c’est une maladie horrible car honteuse……

      Réponse
  10. sissi

    Les vins qui donnent mal à la tête sont ceux qui contiennent des sulfites, souvent les rosés et les blancs.
    Mais ce qui est important quand on fait un pot ou une soirée, c’est de penser à ceux qui ne boivent pas pour des raisons de santé ou justement parce qu’ils sont alcooliques mais sobres. Nous avons fêté les 40 ans de sobriété de mon père en octobre dernier mais il se considère toujours comme alcoolique sachant que c’est une addiction dont on ne sort jamais. La seule solution est de ne pas boire. Et c’est une chose que bcp de personnes ne comprennent pas disant : « mais ce n’est pas pour un verre. » Mais si justement car un(e) alcoolique qui boit ne pense pas au verre qu’il boit mais au suivant jusqu’à ce qu’il(elle) soit obligé(e) de s’arrêter ainsi que me l’avait expliqué mon père. Il faut bcp de volonté pour arrêter de boire car il y a toujours des gens quand ce ne sont pas les circonstances pour vous y pousser. et pourtant je te concède que c’est agréable de boire un verre de temps en temps de façon festive. Cela fait partie des plaisirs de la vie mais pas pour tout le monde hélas. À la tienne Jo ! 😉

    Réponse
    • Jo

      C’est un billet d’humour mais je comprends très bien que certains doivent se battre pour s’en sortir et surtout ne pas replonger. Je dois être allergique aux sulfites et dès que je bois 2 verres, mes pommettes s’enflamment. L’alcool ne m’ aime pas !

      Réponse
  11. matchingpoints

    Alors oui, nous aussi nous pratiquons l’alcoolisme mondain ! Jusqu’ici ! nous ne buvons pas seules (pas encore!), non, pour nous c’est un moment de convivialité et de partage, le partage d’un bon moment.
    Alors oui, c’est vrai, celui qui n’aime absolument pas boire la moindre goutte d’alcool doit sans cesse se justifier, ce qui n’est pas évident non plus…
    Mais nous n’avons pas ce soucis, on adore, et nous ne faisons pas que tremper nos lèvres dans une coupe de champ ! Heureusement, nous connaissons nos limites, parce que avouons, des femmes titubant, ayant l’âge de la sagesse, …ce n’est beau à voir !

    Réponse
    • Jo

      Le champagne et le vin blanc, je ne peux qu’y tremper mes lèvres. Je me rattrape sur le vin, on en sert souvent maintenant à l’apéritif. Je confirme, il ne faut pas trop boire. Je me souviens, quand mon père avait arrosé sa retraite, 2 de mes tantes (environ 70 ans), titubaient et riaient très fort. Pathétique !

      Réponse
  12. La baladine

    Puisqu’il s’agit d’alcool chic, j’ai gardé de mon enfance le souvenir très vif de la très british, très belle et très drôle Kay Kendall s’écriant dans je ne sais plus quel film des années 50, avec une classe inégalable, une coupe de champagne à la main : »J’suis schlass! » 😀 (sinon, le porto m’a longtemps fait le même effet « pivoinant »)

    Réponse
    • Jo

      Rester digne, sans tituber, en ayant un petit coup dans le nez, ce n’est pas donné à tout le monde. Je n’aurai jamais la classe de Kay Kendal.
      Après 2 verres, je dis stop car je n’ai pas envie de parler plus fort, d’une voix éraillée et d’avoir des gestes imprécis.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez mes articles en vous abonnant