Changer de voiture, pas si simple.

 

Pour beaucoup, une nouvelle voiture, c’est un moment de joie. On choisit la marque, la couleur, les options et on se familiarise vite avec ce  modèle qui a toujours des petits gadgets qui rendent la conduite agréable. 

Pour moi, changer de voiture, c’est un déchirement.

Ma voiture, c’est une extension de moi. Je la garde dix ans et plus et c’est  le mécanicien qui prend la cruelle décision de la séparation  en m’expliquant que les réparations coûteront trop cher par rapport à la valeur de la voiture.

Ma dernière voiture, c’était une Fiat Panda, bleue, très ordinaire, achetée d’occasion. Nous avons passé des heures ensemble sur les routes. On a vite installé un siège auto pour Mathilde et une couverture pour le chien.

Au grand désespoir de mon mari, les sièges étaient couverts de poils et on trouvait un peu partout, des miettes de gâteaux, des stylos, un peu de monnaie, trois bonbons, des lingettes, une bouteille d’eau vide, un magazine, un bon de réduction périmé, un jouet cassé … Bref, un joyeux fouillis ! 

Cette petite Panda a accepté mes joies, ma mauvaise humeur et ma façon de chanter (un peu faux).

De temps en temps, je me disais :

  • Si le coffre était plus grand !
  • Si j’avais le bluetooth, je n’écouterais pas ces radios locales et les dédicaces de Georgette à René !
  • Si j’avais l’ancrage Isofix, ce serait plus simple !

En janvier dernier, la direction s’est bloquée et plusieurs voyants se sont allumés.  Je n’étais pas rassurée, je n’avais pas beaucoup d’espoir. En effet, les réparations coûtaient trop cher.

Je ne voulais pas d’un véhicule en location. Je préfère acheter une voiture et la garder longtemps.

J’avais envie d’une voiture un peu plus grande, à un prix raisonnable. Interdit donc de pousser la porte de la concession Audi.

En comparant plusieurs marques, nous avons choisi une Dacia Sandero Stepway

Une citadine qui a du style, comme ils disent.

Mon mari lui trouvait des tas de qualités mais moi, j’étais triste d’abandonner ma Panda. En signant le bon de commande, j’avais envie de pleurer. Je voulais récupérer un petit truc, en souvenir. Bien sûr, je ne pouvais pas partir avec le volant ou une aile. Mon mari m’a proposé d’en faire une compression et de la mettre dans le jardin. Pfff !

J’ai fait quelques photos, sous tous les angles.

J’étais triste et c’était comme si j’abandonnais un animal au bord de la route.

Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?

Quel pénible moment !

Et je suis partie, au volant de ma Dacia. 

Elle sentait ‘le neuf’ et j’ai vite pris mes marques. C’est le modèle de base, je n’ai ni régulateur, ni GPS. J’ai un volant, des pédales un autoradio, un levier de vitesses, des essuie-glaces et la clim.

Je lui ai dit – Tu as sans doute des tas de qualités, mais pour l’instant, fais profil bas. Je suis dans le chagrin, l’absence de ma Panda.

Cette petite arrogante n’en a pas tenu compte. Elle me donne des ordres. Elle sonne si j’oublie de mettre ma ceinture de sécurité. C’est elle qui décide quand je dois changer de vitesse, elle me le signale par un voyant. 

Elle a même un système qui évite à la voiture de reculer ou de caler lors d’un démarrage en côte.  

Mais de quoi je me mêle !  Je maîtrise parfaitement le démarrage en côte, je n’ai pas besoin d’assistance.

Je vais prendre mes marques. Inès me reconnait déjà avec cette nouvelle voiture.  On va faire de belles balades, ce sera chouette, hein.

 

14 Commentaires

  1. ida

    Moi je crois que je vais me séparer de la mienne définitivement:-)
    mais bonne route et bon week end!

    Réponse
    • Jo

      Tu as raison, c’est un gouffre ! Mais à la campagne, comment faire sans voiture ?

      Réponse
  2. Visiteuse

    Pardon ! Pardon de mon insensibilité, mais merci, pour ce moment de franche rigolade dans la séquence chez
    « le concessionnaire » avec comme souvenir à emporter une portière ou le volant !
    Quant à la compression suggérée par votre mari ! Sarcastique mais excellent ! Imaginez un peu vos visiteurs déambulant dans votre jardin, en arrêt soudain devant la chose.
    Waouh, vous avez un César !

    Allez ! Maintenant vous allez bien nous dire le petit nom secret de votre ex voiture ?

    Réponse
    • Jo

      Désolée, pas de nom secret pour la voiture. On l’appelait par son nom, Panda. Aucune originalité

      Réponse
  3. Sissi

    Je te comprends Jo. Je regrette encore ma Peugeot 205 abandonnée il y a très longtemps et remplacée par d’autres modèles. Elle était si pratique, maniable et je pouvais changer moi-même les phares ou remettre de l’huile très facilement. Les nouveaux véhicules nous permettent de moins en moins de pouvoir se débrouiller en cas de pépins et si on est sur une route loin de tout, c’est bien ennuyeux. C’est vrai que la Panda était une voiture très pratique et très sympa mais pour te consoler, je peux te dire que l’une de mes sœurs a une Dacia Sandero depuis plusieurs années et en est très contente.
    Bonne route avec Jo ! 🙂

    Réponse
    • Jo

      Admirative. Moi, je n’ai jamais soulevé le capot de ma Panda. Ce qui m’énerve, c’est ce voyant qui me dit de changer de vitesse.
      J’espère aussi la garder des années. Bonne semaine.

      Réponse
  4. Nadine Pavard

    J peux comprendre. J’ai eu une petite panda, je ne lai jamais aimé, on est mal parti des le départ donc je l’ai laissé à mon mari. Par contre j’ai eu une belle histoire avec une Opel Corsa.

    Réponse
    • Jo

      ‘Une belle histoire’, on parle d’amour là ! Comment ne pas s’attacher à un véhicule que nous utilisons tous les jours, qui nous rend service.

      Réponse
  5. manoudanslaforet

    Je te comprends!!! Dans mon sud j’ai une vieille petite panda et je sais que je serai triste le jour où il faudra m’en séparer…

    Réponse
    • Jo

      Super voiture qui se faufilait partout. Avec tous ces petits enfants, nous avons choisi un modèle plus grand, mais je regrette quand même ce modèle.

      Réponse
  6. matchingpoints

    Les voitures partagent notre quotidien, c’est normal que l’on s’y s’attache !

    Réponse
    • Jo

      A ce point, je ne sais pas. J’en doute !

      Réponse
  7. Janachète

    J’ai eu une Panda aussi il y a très longtemps.
    Mais elle tombait en panne dès qu’il pleuvait . Je ne l’ai pas regrettée.
    Par contre je suis un peu comme toi je m’attache aux choses . Et j’ai toujours beaucoup de peine quand je dis adieu à un véhicule.
    Alors imagine si je dois vendre ma maison un jour ….
    Et oui on ne se refait pas !
    Bonne chance avec ta nouvelle recrue .
    Bel après midi Jo !

    Réponse
    • Jo

      Ah, une Panda capricieuse, je ne savais pas que ça existait.
      Bizarrement, il y a 10 ans, j’étais contente de déménager. Aucun regret de l’ancienne maison. La nouvelle est mieux conçue, sur un terrain plat.
      Tu vois, je change plus facilement de maison que de voiture.
      Bon week-end.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *