Chez le coiffeur.

 

Chez le coiffeur, j’observe, je n’en perds pas une miette. Coiffer, c’est donner du bonheur, le plaisir de se regarder dans le miroir.

Les chevelures tristounettes reprennent de l’éclat, les coupes se structurent.  On se croirait dans une succursale de l’Oréal. Les étagères débordent de shampoings, de soins, dans de jolis flacons dorés. 

De belles affiches mettent en valeur les coiffures. Les clientes disent – Je veux celle-ci ou celle-là, mais au final, elles ne ressemblent jamais à ces belles photos.

J’ai un exemple amusant d’une identification complètement ratée. 

La semaine dernière, j’étais chez le coiffeur. Une cliente est entrée en disant de sa voix éraillée par trop de cigarettes – Salut la compagnie ! 

Difficile de lui donner un âge (entre 30 et 40, sans doute). Sur son visage, s’inscrivait la chronologie de sa vie. Elle était blonde, un peu trop blonde.  Elle parlait trop fort, riait trop fort. Elle portait un blouson rose et des bottines à franges assorties. Détail sexy : une blouse motif léopard et un pantalon avec quelques paillettes.

Elle s’est assise à côté de moi, sa voix couvrait la musique en fond sonore et le bruit du séchoir à cheveux.

Elle a dit – Je suis célibataire, ça fait un bien fou, je lui ai balancé sa valise à la gueule et basta …

Sur son téléphone, elle a montré une photo au coiffeur en disant – Je veux ça, je veux changer !

Le coiffeur a ouvert de grands yeux et a dit – Ah oui, Sharon Stone … Pourquoi pas ?

Avait-elle vu Basic Instinct, la veille ? Avait-elle envie de devenir  la belle et mystérieuse Catherine Tramell, pour massacrer son amant avec un pic à glace ? 

A mon avis, elle était toute ‘chamboulée’ par cette rupture. Elle avait besoin d’une prise de risque, elle était en mal de nouvelles sensations physiques ou esthétiques. Elle est venue chez ce coiffeur mais pouvait très bien, en recherche d’adrénaline, choisir un tatouage ou un piercing. 

Pour une fois, j’avais envie de rester pour assister à la transformation. Coup de chance, mon coiffeur avait un peu de retard.

La métamorphose eut lieu sous mes yeux. Sharon apparaissait furtivement et disparaissait aussi vite.

  Avec sa voix rauque, l’imprimé ‘graou’ , on était plus proche de Cathy Tuche.

Elle s’est levée, contente de cette expérience stylistique. Elle passait sa main dans ses cheveux, pour leur donner cet aspect savamment ‘coiffé-décoiffé’. Elle était prête à conquérir le monde, armée de son chemisier léopard et de son pic à glace virtuel.

 

Photo Pinterest

1 Commentaire

  1. Solange

    Quel humour Jo, j’aurai bien voulu être là !
    bonne journée

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *