Remue-méninges autour de Mona Lisa.

Mona Lisa, je connais. Elle était sur le couvercle de la boite à sucre de ma grand-mère ! Par la suite, je lui ai rendu visite, au Louvre.

Jamais une femme n’aura autant subjugué que La Joconde

Certains pensent que le modèle est Lisa del Giocondo, c’est une hypothèse. Son sourire énigmatique intrigue. Les spécialistes de la peinture élaborent des théories, utilisent les technologies les plus pointues pour examiner cette toile dans les moindres détails.

Mona Lisa est toujours à la mode. On la retrouve sur les vêtements, les fournitures scolaires, la décoration de la maison et … sur les emballages de stérilets.

Oui, vous avez bien lu, il existe des stérilets Mona Lisa.

Donc, un jour, dans une salle où l’on agitait ses méninges,  est sortie l’idée de donner le nom de Mona Lisa à un stérilet !

On peut supposer que ce brainstorming se déroule en début d’après midi, au moment de la digestion.  La photo du stérilet mange le mur, s’impose pour révéler la créativité.

L’ordre du jour est – Ne pas sortir de la pièce avant d’avoir associé un mot à une contraception détendue.

Dans un état semi-comateux, le remue-méninges peut commencer.

On attend avec impatience l’idée phénoménale, le mot ‘révolutionnaire’.  Pas facile de synthétiser la créativité pour un stérilet, l’objet n’est pas très fun.

Les mots fusent et retombent dans leur platitude, leur insignifiance. On décline Stérinol, stérilia, stérimys …  Trop rabâché,  trop entendu.

19 heures, toujours rien ! Pas de divine surprise. Tout le monde est épuisé, a faim, se tortille sur son siège. Rien à faire, la mécanique oratoire est grippée.

On relance la machine.

  •   Marilyn ?  Non, trop show-biz
  •   Une licorne ?  Non, trop de paillettes
  •   Mona Lisa ? Mais oui, pourquoi pas Mona Lisa !

On le tient !  C’est parfait, ne changeons rien !

L’inspiration vient de nulle part mais à ce stade de fatigue, tout passe. Et puis, c’est bien connu, Mona Lisa n’a pas de libido. On peut bien associer son nom à un stérilet.

Cela ressemble à une stratégie marketing par effraction, comme la photo du Che sur les casquettes et les mugs. L’incarnation de l’anticapitalisme n’aurait sans doute pas apprécié d’être transformé ainsi en objet publicitaire.

Mais leur avis ne compte pas quand l’exigence créative prend le dessus.

Photo Wikipedia

12 Commentaires

  1. Visiteuse

    En tout cas, si cette marque veut s’exporter elle passera le test linguistique à l’international haut la main.
    Un jour dans une épicerie hongroise, j’ai vu dans le frigo charcuterie de la mortadelle dont la marque était « PIPI » en majuscule !

    Maintenant vous avez raison, cette équipe a complètement raté sa mission car il y a peu de chance que « Mona Lisa » devienne un jour un nom commun (le mot savant est antonomase) comme frigidaire, sandwich, vélux, formica, stabilo… etc….
    Vous imaginez la conversation entre femmes: alors toi c’est pilule ou un Mona Lisa ? Pourquoi pas non plus
    un « Léonard de Vinci » ou « Yves Saint Laurent » comme nom de préservatif ?
    C’est absurde et de très mauvais goût de surcroît !

    Réponse
    • Jo

      Je ne sais pas qui a validé une telle ânerie. Mona Lisa, c’est de l’art, pas un moyen de contraception.
      Peut être voulaient-ils faire passer l’idée d’une femme qui n’a pas d’enfants en choisissant la Joconde.
      Dans ce cas, l’inverse me semblait plus plausible pour un stérilet, genre ‘j’ai déjà 5 enfants, ça suffit’
      Pourquoi ne pas choisir une héroïne qui a beaucoup d’enfants ? Je cherche … Pas d’idées.
      Ah, si : la maman des 7 nains, mais elle est absente de l’histoire !!!

      Réponse
      • Visiteuse

        Ha ah ah 🙂
        Vous devriez postuler dans une boîte marketing et pub. Vous êtes très drôle et l’imagination débordante !!! Ce qui devrait être quand même l’atout N°1 d’un métier dont l’Adn est la créativité.
        Je valide carrément le raisonnement pour la mère des 7 nains.

        Réponse
        • Jo

          Les boîtes de pub ont connu leurs heures de gloire dans les années 60/90. Faire fortune dans ce domaine actuellement, ce serait difficile. Je serais sans doute employée à faire les cafés. Dommage.

          Réponse
          • Janachète

            Qu’est on ne ferait pas pour faire passer sa marque .
            Mais là c’est vraiment tiré par les cheveux. ..
            Bon je ne connaissais pas . Ce n’est plus dans ma ligne de consommation. Ah, ah !
            Toujours de bonnes idées drôles tes billets !
            Belle journée Jo !

            Réponse
            • Jo

              Les idées me viennent des bizarreries de la vie. Prochain billet sur la beauté.

              Réponse
  2. CAROLINE IDA OURS

    Oui pourquoi pas au moins on retient le nom facilement:-)

    Réponse
    • Jo

      C’est peut être l’argument majeur pour valider l’idée.

      Réponse
  3. Solange

    Effectivement le stérilet Mona Lisa? En matière de marketing les idées sont parfois loufoques !!!
    Belle journée Jo

    Réponse
    • Jo

      C’est vrai, le marketing nous donne du bon et du moins bon. En tout cas, je rêverais d’être une petite souris dans une salle de réunion qui décide de donner ce nom à un stérilet.

      Réponse
  4. matchingpoints

    On cherche en vain les raisons de cette association !
    Il n’existait pas encore de le système de marque déposée…elle coûterait très cher maintenant, cette petite dame.

    Réponse
    • Jo

      Peut être allons nous la retrouver un jour pour une marque de voiture, comme Picasso. Mais l’association Mona Lisa et stérilet restera un mystère pour moi.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *