Vive les vacances !

 

Après ces mois interminables,  ponctués de campagne électorale et d’élections, nous sommes désaxés, nous avons du mal à trouver des choses tangibles auxquelles nous accrocher.

Pourtant, l’été arrive.

Juillet est là, demain !

L’été, c’est la légèreté, l’envie de changer d’air, les jours sans contraintes, l’idée d’avoir moins « la tête dans le guidon ».

Des chercheurs ont montré que la partie la plus plaisante d’une activité, c’est son anticipation.

Programmer ses vacances, c’est faire durer le plaisir

Un seul geste anodin, mettre sa valise bien en vue dans sa chambre, procure des émotions positives.

Quelques rituels nous font également penser à ces deux mois ensoleillés qui pointent leur nez.

Tout d’abord, le festival de Cannes, avec la Méditerranée en toile de fond. Puis arrive Roland Garros et le bruit des balles. Et on enchaîne avec les fêtes de l’école, les galas de danse, les pots d’entreprise …

La chaleur étouffante  de la semaine dernière s’invite dans les bureaux, se glisse dans nos appartements. On en profite pour mettre des espadrilles, des robes avec des flamants roses, des cactus ou des ananas. On troque son sac à main pour un joli panier d’osier.

Pour nous, les vacances, c’est fini. Nous avons profité de 15 jours de plage, de soleil, de ciel bleu, en Espagne.

Aujourd’hui, c’est mon dernier jour de travail. Je n’ai pas trop le moral. La météo n’aide pas. Ce ciel gris me pèse, la pluie qui frappe les vitres me donne le cafard.

Ce temps libre qui s’annonce me fait un peu peur mais j’accepte volontiers de ne plus courir après le temps, de voir les mois à venir avec un changement bénéfique. Depuis mon entrée dans le monde du travail, je n’ai jamais passé une semaine seule à la maison. Pendant des années, nos filles étaient là. A leur départ, nous avons voyagé davantage et l’été, nous recevons des amis.

C’est un passage dans une autre dimension et c’est à moi d’en faire un cocon dans lequel je me sentirai bien.

Le soleil, les amis de passage vont regonfler mon moral à bloc.

22 Commentaires

  1. La Baladine

    Il est 17 heures, grosse pensée amicale pour toi 🙂

    Réponse
    • Jo

      C’est très gentil. Mon mari était un peu inquiet pour moi, il savait que ce dernier jour ne serait pas facile.
      il avait deviné que derrière ce flegme apparent se cachait un peu d’anxiété. Pourtant, j’étais sûre de moi, je voyais ce licenciement comme un soulagement. Une petite voix intérieure est venue me dire qu’il y aurait un peu de flottement. Je n’avais pas du tout prévu cette peur irraisonnée. Je vais me charger une appli de méditation, c’est à la mode, ça va me faire du bien.

      Réponse
  2. Daphné @ Be Frenchie

    C’est peut-être cette dernière journée qui est justement la plus dure – être encore là sans plus y être vraiment. Cet après, c’est plein d’autres perspectives qui s’ouvrent à toi et j’espère que les semaines à venir vont te permettre d’en poser les jalons. Une fois cette page-là tournée, c’est le reste de cette histoire que tu pourras écrire. <3

    Réponse
    • Jo

      Un licenciement, même pas mal, the fingers in the nose.
      Et bien non, ça ne s’est pas passé comme ça. Pourtant, je suis optimiste. mais là j’ai eu un moment de flottement.
      Un peu de culpabilité, un soupçon de vertige et une pointe de mauvaise conscience.
      Mais tu me connais, je vais retrouver le moral.
      Cet été, je vais passer un peu plus de temps avec Mathilde et une autre petite fille va arriver mi octobre. Ce sont de belles nouvelles.

      Réponse
  3. Sissi

    C’est une nouvelle étape. J’imagine que tu vas commencer par te reposer, te détendre (si tu y arrives malgré tes appréhensions). Cela te permettra de recharger tes batteries et d’y voir plus clair à tête reposée. Avec plein d’énergie et une formation, tu seras une nouvelle femme prête à conquérir le monde mais il faut te laisser un peu de temps en te disant que Rome ne s’est pas fait en un jour. Et ton atout, c’est ta profession de base, tellement de petites entreprises cherchent un(e) comptable pour gérer leur business. Dis-toi que tu n’as pas les mains vides. Tu es une gestionnaire expérimentée et de talent, j’en suis certaine. Bisous.

    Réponse
    • Jo

      Oh, tu y vas un peu fort, je n’ai pas envie de conquérir le monde, c’est trop de travail pour moi.
      Mais, comme tu dis, je vais me poser en Juillet. En Août, nous recevrons quelques amis. Je vais prendre le temps de chercher une formation. Merci pour tes encouragements. Bon week-end.

      Réponse
  4. christine thomas

    Une citation : « Le passé est mort, reste à construire l’avenir ».

    Réponse
    • Jo

      Oui, construisons l’avenir mais cool ! en douceur.
      Bon week-end à vous.

      Réponse
  5. zenopia

    Et bien, c’est une nouvelle (et grande) étape !
    Mes parents, depuis qu’ils sont pensionnés, n’ont jamais été aussi occupés 🙂 Comme Sophie, il y a eu des problèmes de santé… mais aussi de magnifiques moments : des voyages, des balades, beaucoup de jardinage, des sorties en tout genre… et puis leur petite fille… Je te souhaite plein de belles choses ! Bisous

    Réponse
    • Jo

      Merci pour ce petit mot encourageant. Petit moment de flottement avec peur de ce vide mais je pense trouver rapidement mes marques. En tout cas, pas de jardinage, je déteste ça mais il reste plein d’autres occupations comme la lecture et le ciné, délaissés faute de temps.
      Bon week-end.

      Réponse
  6. Zazimutine

    Je te souhaite de tout cœur de retrouver un certain équilibre et ton moral regonflé à bloc comme tu dis!
    Toutes mes pensées positives pour ce dernier jour de travail 😉
    Bises!

    Réponse
    • Jo

      Merci pour ce gentil petit mot. Il faut dire que pour mon dernier jour de travail le ciel était gris, la pluie tombait sans arrêt, c’est pas terrible pour le moral.
      J’ai de quoi meubler les journées, je ne manque pas d’idées.

      Réponse
  7. Janachète

    Tu trouveras vite tes marques. Et ne plus avoir de contraintes horaires c’est tellement reposant .
    Bon il est vrai qu’en ce moment le temps n’est pas de la partie .
    Et bien sûr je suis partie en vacances. Vivement que je revienne dans ma région finalement. Ah, ah.
    Bon we ma belle !

    Réponse
    • Jo

      Tu n’as pas de chance, c’est une catastrophe, ce temps ! et la semaine d’avant, on étouffait. Nous sommes allés chercher la chaleur à Alicante alors qu’on avait le même temps ici. Mais en bord de mer, on respire mieux.
      Pas de contraintes d’horaires, ça c’est cool ! mais j’ai un sentiment mitigé d’inutilité et de culpabilité de ne plus être comme tout le monde. ça va passer !
      Bon we à toi aussi.

      Réponse
  8. catherine schmidt

    Coincidence, j’ai fini hier !!!!
    Je suis ravie, du temps pour moi…. Je suis sûre que nous saurons réinventer nos vies en mode douceur

    Réponse
    • Jo

      En mode douceur, le mot est tellement bien trouvé. C’est ce qui nous manque dans ce monde difficile, dans ces journées trop chargées.
      Alors, bon été.

      Réponse
  9. matchingpoints

    Profitez de ces instants entre deux, appréciez le temps que vous pouvez vous consacrer sans mauvaise conscience !
    Bon weekend

    Réponse
    • Jo

      Tiens, Tiens, justement, la mauvaise conscience, elle commençait à pointer son nez et le vide me donne un peu le vertige. Moi qui croyait que tout serait simple, ce n’est pas si facile à vivre. Mais j’ai du monde autour de moi et l’idée d’être de nouveau mamie en octobre me remplit de joie.

      Réponse
  10. La Baladine

    Normal d’avoir quelque peu le vertige un jour pareil. Je t’envoie tout un pan de la belle éclaircie qui illumine le jardin au moment où j’écris ces mots. Et puisqu’aujourd’hui est aujourd’hui, pour toi https://youtu.be/ESy_JHrT-d4
    Des bises!

    Réponse
    • Jo

      Quel joli cadeau, cette chanson de Daho. En plus, c’est un de mes chanteurs préférés.
      Bien vu, ça va m’aider à fermer la porte du bureau, à 17 heures.

      Rechercher un peu de magie
      Dans cette inertie morose (je n’ai trouvé aucune magie à cette journée)

      Clopin clopan sous la pluie (oui, toute une journée d’averses, pas un brin de soleil)

      Sacrifier son instinct et ses envies
      Les plus essentielles (non, je ne vais pas sacrifier grand chose, mais il sera quand même douloureux de fermer la porte)

      Mais tout peut changer aujourd’hui ( Aujourd’hui non, demain peut être !)

      Je vais rester debout et suivre mon instinct et mes envies (même si ce ne sont pas les paroles de Daho)

      Bon week-end.

      Réponse
  11. Sophie

    Bonjour Jo
    Bien entendu, je te taquinais sur twitter (surtout que je n’avais pas encore lu ce billet!).
    Voilà un an et demi que je suis chez moi sans travailler. Bien entendu ces mois ont été ponctués de traitements et d’opérations, mais le reste du temps, j’ai profité tout simplement. Profiter de ne pas etre esclave des horaires, profiter de faire tout simplement ce que je veux.
    Je te souhaite que tu vives ces jours qui arrivent aussi bien que je les vis de mon côté.
    Bisous

    Réponse
    • Jo

      Oui, j’avais bien compris que tu me taquinais. Quand on reste à la maison, il faut faire attention de ne pas combler le vide par des tâches plus ou moins intéressantes. Il faut remplir ses journées de jolies choses. C’est ce que j’ai l’intention de faire et en même temps, je vais jeter un coup d’œil sur les formations pour septembre. Bon week-end.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *