Attention à la tension

 

Sur ce blog, on parle de tout et de rien, je vais donc vous expliquer mes galères,  mes péripéties avec ma tension.

Vous vous souvenez, en octobre dernier, suite à un éclatement de vaisseau dans l’œil, je suis allée faire un contrôle et effectivement, ma tension était un peu trop haute. Le médecin a pensé au syndrome de la blouse blanche et m’a conseillé d’acheter un tensiomètre, pour vérifier, au calme, à la maison.

Avec cet appareil, on est loin du glamour et ce n’est pas signe de jeunesse mais je n’ai pas encore un dentier posé dans un verre, sur la table de nuit.

J’ai pris ma tension, le matin, à midi, le soir et même la nuit. Comme les chiffres étaient toujours élevés, je demandais à Monsieur JST de vérifier la fiabilité de l’appareil.  Très vite, il en a eu assez de mes simagrées et m’a dit de gérer seule ce problème. Il n’avait pas besoin de prendre sa tension 3 fois par jour, il affichait 12/7 et c’était tout à fait normal.

Je ne comprenais pas pourquoi cette tension ne baissait pas. Certes, je ne vis pas à Disneyland, je ne passe pas mes journées à faire des farandoles avec Mickey et la sieste avec la Belle au bois dormant.  Mais, comme tout le monde, je suis,  tout au plus,  agacée par certains trucs, mais jamais particulièrement stressée. Je ne fume pas et mes analyses sont très correctes, je ne dépasse aucune limite.

En m’informant sur le sujet, j’ai appris que les maladies cardio-vasculaires tuent 8 fois plus de femmes que le cancer du sein. Une femme sur deux, en Europe, meurt d’un AVC, d’un infarctus ou d’une maladie vasculaire

 

la maladie cardio-vasculaire est un tueur silencieux

Je ne suis pas hypocondriaque mais il faut avouer que les  statistiques sont effrayantes.

Afin de lever le doute sur une grave maladie, j’ai pris rendez-vous chez un cardiologue, pour la première fois de ma vie. J’ai rencontré JB (il a un prénom composé). JB, c’est pas un marrant, il ne sourit pas, il pose des questions précises du genre – Vous êtes essoufflée si vous montez les marches ? Vous reprenez votre souffle au bout de combien de temps ? Avez-vous des douleurs inhabituelles ?

Pas facile de répondre précisément. Je reprends mon souffle au bout de …. Je ne sais pas trop. J’ai peur de mal répondre. En étant imprécise, je peux fausser le diagnostic !

JB m’a donc prescrit un premier traitement. Il m’a dit – On se revoit dans 6 mois ! Au revoir Madame.

Trois semaines plus tard, j’arrivai en urgence dans son cabinet, avec un cœur qui s’affolait. Je me suis assise dans une salle d’attente bondée et quand JB a ouvert la porte, il m’a fait signe d’entrer et a dit aux patients – C’est une urgence !

Chez JB, je suis une VIP, pas besoin de carte coupe-file, je suis une star. Et je précise que personne n’a protesté dans la salle d’attente, ils ont certainement pensé que ma dernière heure était arrivée.

Et voilà JB reparti avec ses questions précises et mes réponses imprécises. Il a rebranché ses appareils, fait une échographie cardiaque et 6 pages d’analyses de sang.

Le second traitement n’a pas marché. Le matin, au réveil, mon pouls dépassait les 100 battements par minute.

J’avais l’impression d’avoir 90 ans, j’étais constamment essoufflée. Difficile de promener le chien, c’est grave quand même !

Je suis donc revenue en VIP dans la salle d’attente. JB me pose moins de questions, il réfléchit, il montre le dossier à ses deux collègues. La dernière fois, il m’a dit : – Des traitements, il en existe plus de 100. Il faut trouver celui qui vous convient.

Oui, JB, ce serait sympa de le trouver rapidement, s’il te plait.

 

 

Photo à la une :  Designed by Freepik

18 Commentaires

  1. Visiteuse

    Même si l’on n’est pas hypocondriaque, quand notre corps dysfonctionne sans raison évidente, cela nous rend vulnérable.
    – Mais qu’est ce qui m’arrive ?

    Le problème avec les experts c’est qu’ils n’analysent qu’à travers le prisme de leur spécialité; savante mais forcément limitante. Chacun soigne sa partie au lieu du « tout ».
    A chaque symptôme son médicament, fabriqué pour une maladie de masse, d’où le problème du dosage individuel qui devient une série de tests essais/erreurs. Il faut donc avoir une bonne dose de patience optimiste que vous avez visiblement.

    Sinon, tenir un journal de bord comme évoqué par @Sissi est une bonne idée, trouve-je.
    Sans se scruter en permanence, cela permet de se mettre à distance par rapport aux symptômes et aux « psychotages » invasifs. Peut-être aussi a-t’on l’impression de maîtriser un peu ce qui nous échappe.

    Réponse
    • Jo

      Je retiens l’idée du journal de bord, je le ferai dédicacer par JB.
      Le problème pour moi, c’est que j’étais une enfant et suis devenue une adulte bichonnée dans un pays où il est encore facile de se soigner. Une petite douleur, hop ! un comprimé et la douleur s’en va.
      Là, je suis un peu déstabilisée, on tâtonne, on teste, ça ne marche pas. J’étais habituée à être soignée tout de suite, adulte gâtée que je suis.

      Réponse
  2. beatrice

    Oh la la moi qui suis toujours affolée je t’admire car je n’aurais pas supporté ce cardiologue froid (pour moi la qualité numéro 1 d’un médecin étant de savoir rassurer son patient)
    Moi je navigue entre palpitations, impressions d’étouffement et … hypotension! Va comprendre !
    Mais je suis toujours tellement affolée dans ces cas-là qu’il m’est arrivé plusieurs fois de filer aux urgences de l’hôpital qui heureusement n’est pas trop loin.
    Ayant été confrontée de très près à plusieurs accidents de ce type (dont l’AVC de ma mère dont j’étais la seule à m’être rendu compte) je pense que je suis sensibilisée…
    Bref fais gaffe et j’espère qu’on trouvera vite le traitement adapté à ton cas.
    Bisous

    Réponse
    • Jo

      Ce cardiologue ‘froid’ s’est un peu déridé, comme il m’a vu plusieurs fois en urgence. Je ne m’affole pas, je fais confiance. Effectivement, pour certains, le premier traitement est le bon et pour d’autres, c’est plus compliqué.
      Je traîne donc ma fatigue mais nulle angoisse, je reste sereine. Si je m’affole, ça va faire monter la tension !

      Réponse
  3. chiffonsandco

    j’ai lu un article sur Elle parlant de cela et vu que je suis hypocondriaque, que je suis essoufflée quand je monte les marches, que je suis aussi une angoissée : je pense forcément au pire!

    Réponse
    • Jo

      Il ne faut pas penser au pire, si ta tension est normale quand tu vas chez le médecin, pas la peine de s’affoler.
      Et si ta tension monte chez le médecin, c’est souvent la peur de la ‘blouse blanche’.
      Donc, rien de grave, tu peux passer une bonne semaine.

      Réponse
  4. Solange

    Ah oui tu as raison de t’en inquiéter et de te soigner, j’espère qu’ils vont trouver un traitement?
    Bon courage
    bisous Jo

    Réponse
    • Jo

      Mais oui, ils vont trouver, je ne suis pas un cas désespéré. Mais en attendant, c’est un peu pénible d’avoir le cœur qui s’emballe pour rien (si encore c’était pour un beau jeune homme !)

      Réponse
  5. Nadine J'ai50ansetapres

    A 36 ans je faisais mon 1er electrocardiogramme suite à un gros coup de stress. Puis à la ménopause, ca s’est remis à s’affoler, malaises vagals et 17.10 même au repos, pas moyen de le calmer ! J’ai eu la chance de trouver le médicament idéal de suite et maintenant je tourne à 12.8 ou 13.8. Mais j’en connais qui ont besoin de 2 ou 3 médicaments pour avoir le bon dosage. Courage vous allez trouver le bon.
    Bises et bon dimanche

    Réponse
    • Jo

      Je n’avais jamais eu de problèmes de tension et c’est là que j’ai vu que les accidents cardio-vasculaires étaient fréquents et dangereux. Je ne suis pas hypocondriaque mais je fais attention au sel, je ne fume pas. Il reste à trouver le bon traitement, on va y arriver. Bonne semaine.

      Réponse
  6. Janachète

    Et bien moi pour ça j’ai mon JP à la maison.
    Mais je dois reconnaître que pour la tension j’ai toujours vécu avec une tension très faible et même à 8 dans ma jeunesse sans que ça ne me pose problème. Ensuite il faut savoir que les accidents cardio vasculaires arrivent plutôt chez les femmes jeunes qui fument et qui sont sous pilule .
    Ceci dit tu as raison de te surveiller. Il.va bien finir par trouver un bon traitement. Pas tous mauvais ces médecins ! Ah !
    Bon week-end Jo
    Bises !

    Réponse
    • Jo

      Je découvre l’univers de la cardiologie, je ne connaissais pas du tout. Les statistiques sont surprenantes, plus de morts que le cancer !
      Et c’est un peu flippant, on a toujours peur que le cœur s’arrête. Heureusement, je ne suis pas hypocondriaque.
      Mais je ne comprends pas pourquoi ma tension monte, j’ai une bonne hygiène de vie. Mystère ?

      Réponse
  7. Sissi

    Oh ben ma pauvre, tu as raison de t’en préoccuper. Dans un établissement thermal, j’ai rencontré une infirmière qui devait avoir environ 70 ans et continuait à travailler (elle était surveillante dans l’établissement en l’occurrence). Elle était en bonne santé mais m’a dit qu’il fallait s’observer sans être pour autant « obsédé » par son état de santé mais réagir lorsque l’on constatait que quelque chose n’allait pas surtout si cela perdurait.
    J’espère que tu ne manges pas trop salé. Depuis que mon mari fait de l’hypertension, on cuisine sans sel car le sel comme les excitants (alcool, café…) fait monter la tension. Mais par contre on n’a pas trouvé la raison et la solution à son problème d’hypotension orthostatique. Ah quand les années passent, on devient comme les vieilles voitures, il faut aller « au garage » plus souvent pour des ajustements.
    J’espère que JB va vite trouver le bon traitement pour toi. En attendant, tu peux peut-être te prendre un carnet où tu notes quand tu es essoufflée ou quand ta tension est élevée ou ton pouls rapide ce que tu as fait et mangé avant pour essayer d’établir des corrélations entre ton état physique et ton état émotionnel, ton activité, ton alimentation… et ta tension et ton pouls. Prends bien soin de toi Jo. Bisous.

    Réponse
    • Jo

      J’aime bien la comparaison avec les vieilles voitures, c’est un peu ça.
      A la maison, on sale très peu et même on oublie de saler parfois. On mange peu de plats cuisinés. Depuis, j’ai supprimé les gâteaux apéritif et je mange peu de fromage. Franchement, je ne pense pas que mon alimentation soit en cause. Le pouls rapide, c’était le premier traitement qui ne me convenait pas. Le pouls est revenu normal mais pas la tension. On va trouver. Merci de tes conseils. Bises

      Réponse
  8. matchingpoints

    C’est un printemps plutôt stressant pour vous – maintenant, avec le stress et l’inquiétude, votre tension et votre coeur doivent s’affoler encore plus ! Votre docteur ne semble pas être un fin psychologue, il ne vous rassure pas.
    Bon weekend malgré tout

    Réponse
    • Jo

      Heureusement, je ne suis pas du genre stressée ou hypocondriaque, mais j’avoue quand même que quand le tensiomètre s’affole, ça m’inquiète un peu.
      Le cardiologue est … cardiologue, pas psychologue. Il branche ses appareils, pose des questions et donne son diagnostic. Il comprend que c’est anxiogène mais il doit voir des cas bien plus compliqués que le mien. En tout cas, je refuse d’aller sur Doctissimo ou tout forum de santé, là, je risquerais la crise cardiaque.

      Réponse
  9. La baladine

    Ouille! Je te l’avais dit quand tu avais eu ton « incident », je suis sous hypotenseur depuis… au moins 15 ans… Hypertension essentielle, sans aucune cause évidente (je suis mince, sportive, je ne mange pas salé et bois peu de café), mis à part le fait que mon père souffrait de la même pathologie.
    Effectivement, on a fait plusieurs essais avec le médecin, sans pour autant que mon palpitant ne s’emballe, mais j’avais des effets secondaires, type jambes gonflées et d’autres désagréments. C’était mon généraliste, je l’ai vu une fois par mois pendant 4 ou 5 mois avant qu’on ne trouve la bonne molécule, dont je n’ai jamais changé depuis.
    Ce qui m’étonne, c’est qu’on t’ait filé instantanément un tensiomètre et la nécessité de trois mesures quotidiennes, ça me parait très anxiogène…
    Ne te reste que la patience, une écoute attentive de ton corps et de tes symptômes, et puis, s’il le faut, pourquoi ne pas prendre un deuxième avis, auprès d’un autre cardiologue?
    Attention, je ne suis pas en train de minimiser le truc, je sais très bien que ce n’est pas pour rien qu’on appelle l’hypertension « le tueur silencieux ».
    Bises empathiques et solidaires

    Réponse
    • Jo

      J’ai découvert, effectivement, que c’était un tueur silencieux. Mais il faut relativiser, c’est surtout un tueur pour ceux qui mangent n’importe quoi, qui fument, stressent et qui ne font aucun exercice.
      On m’a donné un tensiomètre car j’avais des mesures, genre 15/10 le matin et 16/12 le soir et après, j’ai eu un contrôle sur 24 heures.
      J’ai eu un deuxième avis qui dit que c’est parfois un peu long pour trouver le bon traitement.
      Le premier traitement a affolé le coeur. Avec le deuxième, j’était anormalement essouflée. Là, ça va mais je suis fatiguée. On va voir sur le long terme.
      Malheureusement, je ne suis pas la seule à avoir ce problème. Merci de tes conseils. Bises

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.