Apprendre à décrypter les étiquettes.

 

Pas une semaine sans un article ou une émission sur les scandales sanitaires, les coulisses de l’industrie agroalimentaire ou les études médicales sur le diabète, l’obésité …  Les aliments deviennent des ennemis !

Observons les trentenaires. Ce sont des consommateurs en contradiction permanente avec leurs valeurs. 

Ils postent sur Instagram ‘l’assiette fraîcheur’, que de bons légumes, avec cette fierté : C’est moi qui l’ai fait ! 

Mais, par manque de temps dans la semaine, ils avalent des boites de raviolis ou se font livrer chinois ou pizzas.

Ils se disent attentifs aux effets de l’alimentation sur la santé mais vont deux fois par an au marché et chez les petits commerçants. Au quotidien, le drive est un gain de temps appréciable pour les courses.

Et nous, les quinquas et plus ?  Pas mieux !  Comme tout le monde, on cherche la vérité … Et elle n’est pas facile à trouver !

On a l’impression de manquer d’informations, de ne pas savoir décrypter les étiquettes.

Avez-vous croisé, au supermarché, des personnes qui ont les yeux rivés sur l’écran de téléphone et qui scannent le code barres des produits ?

Ne cherchez pas, elles ont téléchargé l’application Yuka.

Prenons deux exemples :

  • J’ai acheté des biscuits Tronche de Cake de Saint Michel. Sur le paquet, il est noté : croustillants, au bon chocolat, sans huile de palme.

Yuka donne son verdict : Mauvais. (quelques additifs, un peu trop calorique, trop gras, trop sucré)

  • Pour la mousse au chocolat noir intense Bonne Maman, Yuka note Médiocre (trop gras).  Il me donne des alternatives plus saines, mieux notées, comme la mousse au chocolat noir de Carrefour ou celle d’Auchan.

Pas besoin de Yuka pour savoir que c’est un peu trop sucré et sans doute trop gras. 

L’application peut être utile pour signaler les additifs à éviter. Pour un aliment, par exemple,  j’ai noté 1 additif à risque élevé,

le E 472e

Et là, je ne comprends pas pourquoi l’Etat n’interdit pas ces additifs, s’il est prouvé qu’ils peuvent être dangereux. 

Ces outils numériques ne sauveront pas la planète, mais si le comportement des industriels peut changer, c’est déjà ça !

Les grands labels, les marques de distributeurs accélèrent la suppression d’additifs.

Coca Cola a bien compris notre envie de boire ‘plus sain’. Soucieux de répondre à de nouvelles attentes,

ou plutôt de  rattraper le chiffre que pourrait lui faire perdre la mauvaise image de la canette de Coca

le groupe contrôle maintenant plus de 90 % du capital des jus et smoothies Innocent. 

Avec un nom pareil, je pensais que ces boissons étaient artisanales.  Pas du tout, la grosse machine Coca sait très bien nous manipuler. La preuve, en 4 ans, le chiffre d’affaires a doublé et avoisine les 300 millions d’euros.

Comme tout le monde, je suis perdue dans les informations et je craque parfois devant un emballage sympa, sans voir une composition désastreuse. 

Je ne vais pas passer au crible toutes les courses de la semaine, mais un petit rappel de temps en temps peut être utile. 

Je garde Yuka pour l’instant.

 

Logo Yuka sur Wikipedia

14 Commentaires

  1. chiffonsandco

    le mieux est de s’abstenir de consommer des produits transformés ou du moins d’en consommer peu …C’est ce que l’on fait le plus possible!

    Réponse
    • Jo

      Trop de sucre, trop de sel, trop de gras dans ces produits transformés et une flopée d’additifs, juste pour faire une bonne marge et nous empoisonner.

      Réponse
  2. Visiteuse

     » L’homme est génétiquement programmé pour avoir peur de sa nourriture (…) , C’est une caractéristique commune aux trois seules espèces omnivores – le porc, le rat et… l’homme »
    Les herbivores savent de toute éternité que l’herbe est bonne à manger, et qu’elle est seule à l’être
    Tandis que les malheureux omnivores capables de manger n’importe quoi sont condamnés à se méfier de tout »…..
    Et paradoxalement à tout gober, surtout quand c’est pratique, rapide à préparer et joliment emballé. Sauf que… Voyez le moine bouddhiste thaïlandais (tout comme le rat des villes) souffrant de surcharge pondérale !
    https://www.20minutes.fr/monde/2378151-20181122-thailande-moines-rendus-obeses-afflux-offrandes-sucrees

    A part cela, je pense qu’il ne faut pas trop compter sur ces applications vertueuses qui ne font que mesurer le cercle vicieux, soit le moins pire des plus mauvais aliments; ni sur les industriels de l’agro-alimentaire dont l’objectif N° 1 est leurs cours en bourse et encore moins sur les politiciens dont on connait les accointances avec les premiers.
    Et puis, dans cette course à l’obsession, il ne faudrait pas oublier tous ces compléments de vitamines et de micro-nutriments artificiels destinés bien sûr à corriger les carences liées à la nourriture (ce qui est le comble du cynisme dans nos pays dits riches).
    « Le marché a grimpé à 1,8 milliard d’euros en 2017, soit une croissance de près de 6%, d’après le Synadiet, qui regroupe 243 entreprises. Il n’était que d’un milliard d’euros en 2010 ».
    https://www.sciencesetavenir.fr/nutrition/le-marche-florissant-des-complements-alimentaires-inquiete-les-scientifiques_122568

    Merci pour cet article qui pose les vrais problèmes et nous fait réfléchir au fait que l’alimentation source de toutes les passions est devenue une farce incomestible ☻ : https://www.youtube.com/watch?v=4liskT_XaUk

    Réponse
    • Jo

      Merci pour ces liens très intéressants. On nous a dit, pendant des années, d’adopter le régime des habitants d’Okinawa. On se souvient des reportages sur ces centenaires souriants qui mangeaient légumes, riz et poisson en petites quantités. Sauf que … McDonald et les supermarchés sont arrivés et les habitants ont maintenant du diabète et sont obèses.
      Yuka aura du mal à rester neutre. On sait déjà qu’elle va lever des fonds et envisage de créer un label. En arrivant dans la cour des grands, elle sera confrontée à des choix difficiles pour se développer.
      En attendant, essayons au moins de mettre sur la table des produits sains pour les fêtes.

      Réponse
  3. Daphné @ be frenchie

    Jo, c’est peut-être moi que tu as vue errer dans les rayons avec Yuka à la main. Qui m’a incitée après un grand brainstorming en scannant toutes les possibilités à remplacer les gâteaux des goûters par du pain d’épice au sirop d’agave ( j’allais quand même pas leur faire le coup des galettes au riz soufflé n’est-ce pas ? ). Mais pour faire passer la pilule aux gamins, j’ai fait revenir en échange de la pâte à tartiner bio aux noisettes ( et à ton avis, qui pioche dans le pot ? ).

    Et maintenant je sais que les galettes au sarrasin c’est sain. Sauf que tout ce que je veux mettre dessus ne l’est pas. Et flûte !

    Réponse
    • Jo

      Je fais comme toi, pour le goûter des filles, je regarde la composition des gâteaux et c’est pas joli, joli. Du coup, on mange des fruits.
      En fait, je me méfie surtout des dates de consommation. Si je vois : à consommer jusqu’au 30 mars 2019, je me dis qu’on doit avaler un tas de conservateurs pour stabiliser le produit.
      Et je milite pour la disparition des galettes au riz soufflé, c’est immonde ce truc.

      Réponse
  4. La Baladine

    Je lis les listes d’ingrédients depuis toujours. Quand ça correspond à ce que je pourrais faire moi-même, je prends. Si la liste s’allonge inconsidérément, j’écarte. Je m’explique: des biscuits, c’est de la farine, des oeufs, du beurre, du sucre, un chouïa de sel, et puis de la vanille ou du chocolat ou des fruits secs… Un plat préparé (ce qu’on appelle aujourd’hui ultra transformé) c’est pareil. S’il y a dedans tout ce que j’y mettrais moi-même, je prends. S’il y a plus, je ne prends pas. Et je me souviens que bio signifie sans pesticides (ou le moins possible), pas forcément équilibré. Bref, j’ai un cerveau, et je m’en sers. Et je l’ai déjà dit, et le redis, je n’ai chargé aucune application sur mon téléphone, vu qu’il ne me sert qu’à téléphoner, accessoirement de lampe torche. Mais je ne le sors pas pour faire mes courses.
    Bises de bonne fin d’année 🙂

    Réponse
    • Jo

      En fait, c’est du bon sens.
      Parfois, mon bon sens ne suffit pas. L’été dernier, je voulais éviter les glaces avec trop de sucre, trop de gras. J’ai pris le pot La Laitière, dégustation yaourt fruits rouges. Pour moi, il était évident que le produit était plus sain avec du yaourt et des fruits.
      Peine perdue, l’analyse yuka disait
      9 additifs à éviter, trop gras, trop sucré et au niveau calories, identique aux glaces genre caramel beurre salé !
      Bravo, La Laitière, bien joué.
      Je te souhaite de belles fêtes de Noel avec des produits sains sur la table et quelques bulles pour fêter ça. Bises

      Réponse
  5. Janachète

    Je sais qu’il existe des appli comme celles ci. Je n’en ai pas encore utilisé et j’ai tort .
    On s’aperçoit en effet que certaines choses que l’on croyait désastreuses sont bonnes et l’inverse est plus fréquent bien sûr.
    Merci de nous rappeler que ça existe.
    Bonne semaine Jo !

    Réponse
    • Jo

      C’est sûr, il ne faut pas suivre ces applis à la lettre, mais je ne comprends pas pourquoi les additifs dits ‘à risque élevé’ pour la santé, sont encore autorisés. Je ne suis pas chimiste mais le bon sens voudrait qu’ils disparaissent. On en parle depuis plus de 20 ans maintenant de ces E ….
      J’ai vu un aliment avec E450i Diphosphate disodique, jamais entendu parler et pourtant il est classé à risque élevé.
      Je te souhaite de belles fêtes de Noel. Bises

      Réponse
  6. Sissi

    Très bonne analyse Jo, on veut tous tout et son contraire. J’avais une collègue qui disait « Pouh ! On ne sait plus quoi manger. » Et je lui répondais que soit on mourrait de ce que l’on mangeait soit on mourrait de faim comme les 3/4 de la planète. Personnellement, j’ai toujours vu ma grand-mère, mes parents, mes sœurs jeter un œil sur la composition de ce qui était mis dans le caddy. Ma grand-mère a vécu presque jusqu’à 104 ans et tenait à faire elle-même ses courses (accompagnée les dernières années même si elle se déplaçait sans canne et sans problème) mais les dernières années, comme elle voyait moins bien, elle regardait la longueur de la liste des ingrédients et si elle la trouvait trop longue, c’était que le produit devait contenir « beaucoup de cochonneries » selon elle. Elle n’avait pas besoin d’une application, son bon sens suffisait et elle a vécu plus de 100 ans en bonne santé, sans maladie chronique et sans handicap. Je n’aime pas trop toutes ces applications dont beaucoup sont des espionnes en réalité.

    Réponse
      • Jo

        Merci, on apprend des tas de choses intéressantes.

        Réponse
    • Jo

      Tu as raison, le bon sens, il n’y a que ça de vrai.
      J’achète mon miel à un petit producteur. Je me méfie des pots avec ‘provenance hors UE’, mais si on ne regarde pas les étiquettes, on pourrait croire que tous les miels sont bons.
      Merci pour le lien, effarant cette histoire de cracking !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *