Le savoir-vivre au téléphone.

 

Le téléphone est intrusif, surtout quand il sonne à 21 h 30 ou à 8 heures du matin.

Qui appelle à ces heures là ?  Un copain, toujours le même. Un copain qui ne connaît pas les règles ou qui s’en fiche. Nous avons tous une belle-sœur ou un ami qui nous contacte trop tôt ou trop tard. C’est pénible, on imagine tout de suite une catastrophe alors qu’ils veulent simplement prendre de nos nouvelles.

Le téléphone, les réseaux sociaux, ont envahi nos vies. Chacun invente ses propres règles de bonne conduite.

Dans la mesure du possible, j’essaie de respecter les autres, de ne pas être trop envahissante.

J’applique une technique venant de ma vie professionnelle.

Pour un premier contact, une demande importante, appeler les gens sans avoir d’abord envoyé un mail est assez mal perçu.

Pour mes formations, mes relations avec Pôle Emploi, le mail est pratique. Pour les recherches d’emploi, c’est efficace.

Il est prouvé qu’un mail a un impact plus important que tout autre contact. Nous regardons distraitement Instagram et Facebook mais nous devenons plus attentifs en lisant nos mails.

J’ai, depuis longtemps, désactivé mes notifications de messageries. Je ne me précipite pas, quinze fois par jour, sur mon téléphone pour voir ce qui se passe dans ma vie virtuelle. Je vérifie le matin, au moment du déjeuner et le soir. C’est bien suffisant.

Pour ne pas vexer les intrusifs, ceux qui envoient des photos, réagissent aux informations à une cadence infernale, les développeurs ont mis à notre disposition les boutons ‘masquer’ et ‘sourdine’. Ils publient dans le vide, mais ne le savent pas …

Je ne réponds plus à notre ligne fixe qui ne sonne que pour vendre des vérandas et des panneaux solaires.

Par habitude, je réponds à un mail par un mail et à un sms par un sms. C’est plus simple.

Par contre, je n’aime pas les messageries professionnelles. Nos téléphones ont bien du mal à charger les logos d’entreprise qui pèsent des kilo-octets. Impossible d’échapper aux messages écolos ‘ Ne pas imprimer pour sauver les arbres‘ et aux mentions juridiques sur trois pages !

Et si nous parlions de l’annonce d’un décès sur Facebook. Cliquer sur l’icône ‘triste’ ne dispense pas d’envoyer un petit mot. 

Pour résumer, au quotidien, j’envoie surtout des sms. Le téléphone est réservé à mes parents.

Je résiste assez bien à l’invasion des réseaux sociaux. Je sais maintenir les envahisseurs à distance. Mais je ne pourrais plus me passer de ces ‘liens artificiels’. Ils ne sont pas aussi superficiels que nous pourrions le croire.

Toutes les générations les utilisent. Les ados textotent et postent des photos sur Facebook, Whatsapp, Snapchat et Instagram. Les grands-parents, à 80 ans, ont un compte Facebook pour avoir des nouvelles de la famille.

Ces liens sont fondamentaux pour nourrir nos vies. Ils complètent et étoffent les relations familiales et amicales.

10 Commentaires

  1. La Baladine

    Je suis grosso-modo d’accord avec toi.
    Exit le fixe qui n’a pas été remplacé après avoir rendu l’âme. Et qui ne nous manque pas.
    Je « skype » avec ma fille, je « textote » sur le portable les petits mots rapides, je discute sur messenger ou la boîte mail ou via les réseaux avec les amis. C’est pratique, ça ne se fait pas dans l’urgence, on a le temps de réfléchir à ce qu’on dit, ce qu’on reçoit.
    Bon je dois quand même avouer que j’ai un petit côté phobique avec le téléphone… Je n’ai jamais, mais jamais aimé causer dans cet instrument, j’ai besoin de voir les gens à qui je parle, ça me tient depuis toute petite. Il n’y a guère qu’avec ma mère que je fais l’effort, parce qu’elle refuse l’ordinateur, et même les sms sur son portable. Pour résumer disons que j’ai toujours été plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral 😀
    Je ne suis aucun blog sur le téléphone, pas même le mien, qui ne me sert que de téléphone, parfois de lampe torche, de calculatrice, d’appareil photo :-P. Pour les blogs, j’attends de me mettre devant l’ordi. Ça me laisse du temps pour vivre 😉

    Et pour les événements importants, comme toi j’écris. Avec un stylo, sur du papier. J’écris même sur la page de garde des bouquins que j’offre!

    Réponse
    • Jo

      Enfin, je trouve quelqu’un qui n’est pas accro au téléphone. Pendant des années, le mien restait au bureau, dans la voiture. Bref, j’étais injoignable.Depuis que mes parents ont eu des soucis de santé, je fais l’effort de l’avoir ‘presque’ toujours avec moi.
      Cet objet reste un téléphone, un appareil photo, c’est bien pratique pour avoir l’heure et pour écouter radio et podcasts, mais je regarde très peu les réseaux sociaux.
      Pour beaucoup, le téléphone ne sert plus à téléphoner, il a tellement d’autres fonctions, trop sans doute !

      Réponse
  2. matchingpoints

    Il faudrait apprendre aux enfants la politesse du téléphone…mais lorsque les adultes eux-mêmes ne l’ont pas ?
    Le fixe va bientôt appartenir au passé – d’ailleurs il se suicide avec tous ces coups de fil de pub
    Encore un article qui parle vrai

    Réponse
    • Jo

      Les adultes n’ont pas de code de conduite, ils ne peuvent pas donner l’exemple aux enfants.
      C’est vrai, le fixe ne nous sert plus à rien, il va certainement disparaître.
      Qu’il reste encore un peu pour la génération de nos parents. A 90 ans, on a du mal avec un portable.

      Réponse
  3. Janachète

    Trois fois que je commente sans succès.
    En bref chacun devrait connaître les règles du savoir vivre avant d’utiliser un portable et les réseaux !
    Tu as raison pour tout !
    Bel après midi.
    Bises !

    Réponse
    • Jo

      A la limite, si on utilise le téléphone et les réseaux au travail, dans son canapé ou dans son lit à 4 h du matin, ce n’est pas si grave. Par contre, le danger, c’est dans la voiture en conduisant. Et je vois de plus en plus de personnes qui téléphonent en conduisant et ça c’est plus grave et surtout dangereux.

      Réponse
  4. NefertarideLyon

    Suite à ce message, j’ai analysé comment j’utilisais le téléphone
    les copines c’est SMS avec trois quatre mots : je passe à 10 h , tu viens, etc ….
    ma petite fille au Canada : Messenger avec des petites vidéos de mon arrière petit fils, ou le téléphone pendant 3/4 h à minuit
    mon petit fils c’est aussi SMS, s’il veut causer plus longtemps, il appelle
    Autrement c’est téléphone, mais très peu, à comparer de mon mari qui squatte le téléphone 1/2 h avec ses copains

    Ce qui me fait rager c’est d’être dérangée par le démarchage téléphonique deux à trois fois par jour, je commence à devenir mal polie avec ces gens
    Bonne après midi

    Réponse
    • Jo

      Moi aussi, j’envoie beaucoup de sms, c’est pratique et efficace.
      A la maison, nous ne répondons plus au fixe, il sonne dans le vide, tant pis pour lui.
      Mon mari me fait rire, il lit ses sms et ne répond pas, la plupart du temps. Je lui précise que par politesse, on doit répondre et il me dit – Mais, non, il n’y a pas de question. Pffff ! Lui,il n’a vraiment pas les codes.
      Notre petite fille de 8 ans n’aime pas trop les longues conversations téléphoniques, pour l’instant elle préfère faire de beaux dessins et je crois que les ados, en général, grimacent quand on leur demande de dire un petit bonjour. Pour eux, le téléphone ne sert qu’à envoyer des photos.
      Bonne journée

      Réponse
  5. Duquesne Chantal

    Bonjour,
    Voilà la bonne méthode expliquée! si tous les potentiels interlocuteurs pouvaient lire ce texte tout serait plus simple.
    Grand mère d’une ribambelle de petits enfants j’apprécie de pouvoir leur envoyer de petits messages pour maintenir le moral en période d’examen, prendre régulièrement de leur nouvelle sans me montrer intrusive, puisqu’ils répondent à leur rythme, enfin bref partager avec eux et leurs parents.
    La technique est bonne quand elle est bien utilisée…

    Réponse
    • Jo

      Oui, il faut doser, ni trop, ni trop peu de messages. Mais c’est comme en cuisine, à l’utilisation, on apprend le dosage.
      Par contre, pour d’autres, c’est plus compliqué.
      Une de mes amies m’envoyait presque tous les jours des photos de sa petite fille. J’avais l’impression de mieux la connaitre que la mienne.
      Je lui ai suggéré de poster sur instagram. Elle poste toujours autant mais je ne suis plus obligée de regarder.
      On recadre les envahisseurs comme on peut.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *