Parfois, je ne capte que la radio locale.

 

Chaque semaine, dans ma voiture, je traverse la campagne pendant deux heures environ, le temps d’un trajet aller-retour chez mes parents.

Je me balade entre Brive et Limoges, sur des routes cabossées. On pourrait se croire dans un film des frères Dardenne. Je suis seule, avalant les kilomètres et là, dans un virage sombre, je distingue une ombre.  Un loup sort du bois !   J’exagère à peine …

Je n’ai pas de connexion bluetooth, j’écoute la radio. Je n’ai pas beaucoup de choix : France Inter, France Culture et les radios locales.

Sur France Inter ou Culture, je tombe parfois sur un petit bijou mais le plus souvent, je m’ennuie. Les émissions me demandent de tendre l’oreille, de mobiliser tout mon cerveau disponible sur des thèmes comme La musicalité des textes de Racine, Les dernières découvertes d’un astrophysicien ou La place de la BD dans la littérature libanaise.

Je recherche alors une radio locale, hors du temps, affranchie des modes, qui me fait basculer dans un faille spatio-temporelle.

Ma parole, on se croirait sous Giscard !

Les informations tournent essentiellement autour des fêtes locales, des animations des villages.

A 15 heures, invariablement, c’est le moment des dédicaces.

Marcel offre une chanson d’Enrico Massias à Dédée pour ses 78 ans.

Parce que c’est son chanteur préféré !

L’animatrice pose quelques questions à Marcel mais il a le trac, sa voix tremble.

C’est au tour d’Yvette. Sa fille s’appelle Marie, elle a 40 ans aujourd’hui.  On écoute :

Elle danse Marie, elle danse

Elle adore quand ça balance

Et elle danse Marie, elle danse

Pour oublier qu’elle n’a pas eu de chance …

 

On pourrait parler de la musicalité des textes de François Valéry, blondinet sautillant, qui a écrit  : Aimons nous vivants, n’attendons pas que la mort nous trouve du talent … 

Racine, François Valéry, même combat !

Encore quelques dédicaces, André Rieu, Mireille Mathieu, Julie Pietri.

Mon cerveau se repose. Il est sur un petit coussin, bien moelleux.

Ces radios n’ont pas l’insolence et le dynamisme des radios libres. Elles ne sont pas là pour inventer ou bousculer.  Leur rôle est de mettre en scène la vie rurale avec en fond sonore le chant des oiseaux ou le moteur d’un tracteur qui passe.

Elles sont capables de nous mettre un refrain dans la tête pour la journée. Elle danse Marie, elle danse …

 

Photo à la une :Musique vecteur créé par freepik – fr.freepik.com

1 Commentaire

  1. matchingpoints

    Plutôt nostalgique, votre billet de ce matin…
    Bonne journée

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *