Ces rendez-vous manqués.

 

J’ai, comme tout le monde, quelques défauts. Je suis parfois en retard, pas très organisée et, selon mon mari, de mauvaise foi …

Comme je suis polie et bien élevée, je suis ponctuelle pour certains rendez-vous (médecin, coiffeur).

En ce moment, dans les médias, on nous parle du problème des ‘lâcheurs’ dans les restaurants. Vous savez, ces clients qui réservent et qui ne viennent pas !

La réservation par téléphone n’oblige en rien à venir.

Pour nos parents, le restaurant, c’était une fête, un cérémonial. On sélectionnait une bonne table, on enclenchait le compte à rebours et, le jour venu, on partait avec les beaux habits du dimanche.

Les temps ont changé. L’assiette en porcelaine a fait place à une version plus décontractée. Maintenant, on s’y sent comme chez soi. Un peu trop, d’ailleurs !

Et si, un samedi soir, on n’a plus envie de sortir, comme Bénabar

On s’en fout, on n’y va pas, 
On n’a qu’à se cacher sous les draps, 
On commandera des pizzas, 
Toi la télé et moi

On ne prend même plus la peine de décommander.

  • Le sans-gêne dit – Pas grave, ils ont d’autres clients !
  • l’immature s’en fiche
  • le timide n’ose pas appeler

Pendant ce temps, au restaurant, les tables restent vides, les ingrédients sont gaspillés et le personnel est là pour rien. C’est d’autant plus frustrant que l’établissement a parfois refusé d’autres clients.

Quelle solution ?  Le prépaiement ? Rappeler le client pour lui dire qu’il a réservé une table pour deux, ce soir à 20 heures ?

Plus simple, n’enregistrer aucune réservation. Premier arrivé, premier servi !

Tout a été testé, sans grand succès.

Le client est indiscipliné et on n’y peut pas grand chose.

Je ne comprends pas cette attitude, ces lâcheurs de rendez-vous qui disent que ce n’est pas grave.

Par contre, je reproduis ce comportement très régulièrement et cela ne me pose aucun cas de conscience.

J’achète très peu de livres. Je vais à la bibliothèque. Trois semaines, ça passe vite et souvent, je n’ai lu que la moitié du roman. Un premier mail d’avertissement ? Je ne bronche pas.  Un deuxième mail ? Je soupire et je pense à autre chose.

Cela ne m’affole pas. Ce n’est qu’un livre, après tout !

Après lecture, le bouquin reste parfois une semaine dans ma voiture. Je dis – J’irai demain

Bien sûr, en arrivant, j’ai droit à une leçon de morale. On me parle de respect, de considération pour les autres.

Dans ce cas, je lève les yeux au ciel, comme une gamine de douze ans et je pense – Cause toujours, ce n’est qu’un livre. Il y en a plein la bibliothèque !

Effectivement, ce n’est pas grave si Madame Dupont, retraitée,  ne trouve pas ‘A la recherche du temps perdu’ dans les rayons. Elle a le temps de le lire. Mais peut être qu’un élève en a besoin pour son prochain devoir.

Dans ce cas, je cumule les défauts des clients du restaurant. Je suis sans-gêne, immature et mon attitude pénalise le bon fonctionnement de la bibliothèque.

Mais, allez savoir pourquoi ? Je trouve que cela n’a aucune importance.

Photo à la une : Designed by Freepik

25 Commentaires

  1. chiffonsandco

    je dois dire que j’ai tendance à respecter les règles et les usages donc je respecte les horaires, j’avertis en cas de désistement (rares), je suis toujours à l’heure, etc…..Je suis d’un ennui mortel!

    Réponse
    • Jo Ridee rieuse

      Moi je suis toujours en retard mais comme tout le monde le sait, les gens décalent nos rv en tenant compte de ce paramètre

      Réponse
  2. Sophie

    Je reconnais une certaine négligence de ma part pour certaines choses et rendre les livres de bibliotheque à l’heure en fait partie , du coup, je n’en emprunte plus depuis longtemps. Et puis, de toutes façons, je lis de moins en moins de bouquins à cause du net mais là est un autre débat :).

    Réponse
    • Jo

      Moi aussi, je lis de moins en moins. Je suis fan de podcasts, pas besoin de rester assise, je peux faire plein de trucs tout en apprenant, c’est génial.

      Réponse
  3. Visiteuse

    Non mais, attendez de voir cette sacré synchronicité !

    Hier soir, je cherchais un bouquin à relire ; coincé entre l’Amant de M. Duras et Rouge Brésil de JC Rufin (note à moi-même : penser à ranger la bibliothèque qui s’est emballée), j’attrape sans a priori, ni aucun souvenir cet
    « Enorme changement de dernière minute » et je commence la lecture. Voici les 1ères lignes :
    « {…} Je me suis levée et je suis rentrée à la bibliothèque pour leur demander combien je leur devais.
    – Trente-deux dollars tout rond, m’a dit la bibliothécaire, que vous me devez depuis dix-huit ans. Je n’ai pas discuté. Car je ne comprends pas comment le temps passe. J’ai gardé ces livres. J’ai souvent pensé à les rapporter. La bibliothèque est à deux pas.{…}
    – J’ai donné un chèque de trente-deux dollars à la bibliothécaire. Elle m’a aussitôt prouvé sa confiance, elle a effacé mon passé en faisant disparaître toutes traces du fichier ; Précisément ce que la plupart des autres bureaucraties municipales ou gouvernementales refusent de faire. J’ai repris les 2 livres d’Edith Wharton que je venais de rendre parce que je les avais lus il y a longtemps et qu’ils sont aujourd’hui plus pertinents que jamais…. »
    Amusant – non ?

    Réponse
  4. manoudanslaforet

    Je suis d’une ponctualité presque maladive!!!! Alors poser un lapin je peux pas !!!! Idem pour les livres de la biblio!!!!

    Réponse
    • Jo

      Ma ponctualité est très aléatoire mais je ne pose jamais de lapin, je préviens quand je ne peux pas aller à un rendez-vous.
      Je serais presque irréprochable s’il n’y avait pas ces retards à la bibliothèque.

      Réponse
  5. marie-anne

    Vous avez raison, les gens n’ont le respect de rien Pour la bibliothèque, à Toulouse, les bibliothèques ont une solution en pénalisant financièrement (rien de démesuré mais enfin…) je pense qu’il n’y a que cela qui marche !!

    Réponse
    • Jo

      Oui, je crois que le seul moyen pour la bibliothèque serait de mettre une amende, mais forte, sinon ça ne servira pas à grand chose.
      C’est vrai, les gens n’ont le respect de rien. Quand notre petite fille de 8 ans est invitée à un anniversaire, sa maman répond rapidement pour dire si elle ira ou pas. Parfois, les parents qui invitent n’ont pas de réponse à l’invitation. Une heure avant la fête, ils ne savent pas si les enfants invités viendront. Les parents ne prennent même pas la peine de répondre oui ou non.

      Réponse
  6. nadine pavard

    Un proverbe dit : La liberté de chacun commence où celle de l’autre finit.
    C’est souvent une question de respect mais je ne te jetterai pas la pierre, Pierre, il m’arrive de manquer de bonne éducation…

    Réponse
    • Jo

      La bonne éducation, on l’apprend et on l’oublie au fil du temps ou on l’arrange à notre sauce, c’est plus simple.

      Réponse
      • Visiteuse

        A lire et à relire ce délicieux : « Petit traité des grandes Vertus » d’André Comte Sponville.
        Cela commence par la politesse qui « est la première vertu, et l’origine peut-être de toutes. C’est aussi la plus pauvre, la plus superficielle, la plus discutable : est-ce seulement une vertu ?
        Petite vertu en tout cas, comme on dit des dames du même nom.
        La politesse se moque de la morale, et la morale de la politesse ».

        Réponse
        • Jo

          J’aime bien Comte Sponville. Je n’ai pas lu ses livres mais j’ai écouté quelques conférences sur Youtube. C’est clair, intelligent, bien plus sympa que les propos obscurs de BHL.

          Réponse
  7. Janachète

    Je ne suis pas parfaite et j’ai aussi oublié plutôt que négligé certains rdv .
    Mais je m’excuse toujours .
    Et quand je ne peux y aller je décommande.
    Tu connais mon métier et je n’aimais pas qu’on me pose un lapin .
    Alors j’essaie de respecter ça pour les autres .
    Pour la bibliothèque c’est un cas particulier et c’est pour ça que je préfère acheter mes livres . Trop d’oublis pour moi .Belle soirée Jo !

    Réponse
    • Jo

      Difficile d’oublier avec nos portables. C’est bien pratique, ils sonnent quelques jours avant le rv et le jour J.
      Pour certains rv de santé, on reçoit des sms de rappel.
      Pour la bibliothèque, je ne m’explique pas ce laisser-aller. J’aime bien lire mais le livre n’a pas un caractère ‘sacré’ que certains lui accordent. Voilà sans doute l’explication.
      Bises

      Réponse
  8. Soa

    Je ne pourrai pas je crois 😀 ! Il faut que décommande si j’ai décidé de ne pas venir, il faut que je rende les livres et les films au jour dit ! Je ne voudrais tellement pas qu’on me fasse la même chose et puis çà m’empêcherait de dormir la nuit lol ! Bisous.

    Réponse
    • Jo

      J’aimerais bien faire des insomnies, rongée par la culpabilité pour mes livres, mais non, rien à faire, je dors bien.
      Je peux comprendre l’idée, j’ai un contrôleur de gestion à la maison et lui, il respecte les heures, les dates. Déformation professionnelle !

      Réponse
  9. Anselin

    Bonjour,
    Je n’ai pas compris si il faut prendre cela au dizième degré ….
    Où placez-vous le respect, l’attention aux autres , le bien-vivre en société ?
    Je ne veux pas perdre mon temps en lisant ce genre de billet …., je me suis désabonnée.
    Continuez donc sans moi, à vous lustrer le nombril.
    Adieu .

    Réponse
    • Visiteuse

      Oulala ! Madame a des principes moraux très hauts perchés.
      Remarquez, c’est toujours plus facile aussi pour toiser.
      De petites transgressions à droite à gauche sont salutaires…
      Mais mon petit doigt me dit que vous êtes La bibliothécaire en colère.

      Réponse
      • Salomé

        Vous vous trompez, loin de moi l’idée de mépriser, ma réaction a été spontanée.
        J’ai essayé d’enseigner à mes enfants le respect des autres, c’est une valeur importante pour moi.
        Respecter le cuisinier qui a prévu un certain nombre de couverts, La bibliothécaire qui a promis le livre et celui qui vient chercher ce livre…..cela fait partie du bien vivre en société.
        Désolée, ce genre de propos me choque.
        Allez donc lire « Bonheur du jour » une petite merveille de douceur, de culture qui nous fait grandir.

        Réponse
    • Jo

      On ne peut pas plaire à tout le monde. La blogosphère est vaste, vous trouverez certainement votre bonheur ailleurs.

      Réponse
  10. matchingpoints

    Tout est subjectif ! Au moins il n’y a pas de gaspillage alimentaire…

    Réponse
    • Jo

      Pas sûr ! Dans les restaurants qui cuisinent (pas ceux qui font de l’assemblage) le marché est fait en fonction des réservations et si les clients ne viennent pas, c’est du gaspillage.

      Réponse
  11. La Baladine

    J’imagine qu’on a toutes et tous un petit côté incivil, voire incivique. Comme un zeste (un reste?) de rebelle attitude adolescente?
    « Après moi le déluge! » comme disait Louis XV 😉

    Réponse
    • Jo

      Oui, et ça m’arrange bien, les livres n’ont pas de date de péremption.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *