Rumeur ou information

 

Oups, la boulette ! Vous est-il déjà arrivé de partager, sur les réseaux sociaux, une information farfelue, fausse, montée de toutes pièces ? Quand on s’en rend compte, on a un peu honte mais il est trop tard.

En ces périodes d’élections, les ‘fake news’ se propagent à grande vitesse sur twitter, Facebook, etc …

L’information est accessible d’un clic mais il faut réfléchir avant de partager.

Cliquer sous l’effet de l’émotion, c’est aussi servir de caisse de résonnance à un bobard.

Comment savoir si une information est douteuse ?

Le Gorafi

Tout d’abord, nous avons tendance à trop faire confiance à nos proches (famille, amis,  club de sport …) Dans le flux de notre mur Facebook, le nombre de partages n’est pas un critère de véracité d’un fait. L’article peut très bien venir d’un site très sérieux mais aussi du Gorafi. Sur un site  comme www.actualite.co, on peut créer une rumeur et piéger ses amis. Ainsi, un fait peut être pris au sérieux par des lecteurs crédules et avoir un écho inapproprié.

C’est le cercle vicieux de la désinformation.

Une source a plus de chances d’être vraie si elle est publiée par un média reconnu, un journaliste ou une personnalité politique. Il faut également s’assurer qu’elle est reprise dans la presse ou à la radio.  Du sensationnel diffusé uniquement sur Facebook, c’est louche !

Pour débusquer les manipulations, les images sorties de leur contexte, il faut repérer les montages grossiers, les articles qui datent parfois de 2010, 2012, les titres aguicheurs qui jouent avec nos sentiments.

Nos enfants vont être sans cesse confrontés à ce problème. Ce sont de grands consommateurs d’informations qui viennent des réseaux sociaux, sans filtre. Il va falloir une solide éducation pour faire le tri entre le vrai et le faux.

En fait, c’est un véritable travail d’investigation. Quand on regarde son fil d’actualité pour se détendre, on n’a pas forcément envie de se poser toutes ces questions sur la propagande, sur les manipulateurs, sur ceux qui pensent que la vérité est ailleurs …

 

Il faut se méfier des messages ou des images choc et avoir à l’esprit que beaucoup d’informations erronées parasitent les réseaux sociaux.

 

Photo à la une :  Designed by Freepik

20 Commentaires

  1. Tania

    Bonsoir ,
    je découvre ce blog par hasard et avec plaisir .
    Personnellement , je suis très méfiante des infos circulant sur le net .
    Je partage surtout ce que j’aime , La Danse , la peinture , la musique , et tout ce qui peut se passer dans mon village .
    Viens faire un tour sur mon blog débutant de quinqua , ça me fera plaisir .
    Je m’abonne au tien.
    Belle soirée

    Réponse
    • Jo

      Merci. Je vais voir ton blog. Bonne journée.

      Réponse
  2. chiffonsandco

    Je ne pense pas que cela me soit arrivé, mais il faut dire que je traine peu sur les réseaux sociaux !

    Réponse
    • Jo

      Tu as bien raison, c’est souvent une perte de temps.

      Réponse
  3. Visiteuse

    « Falk news » et post-vérité aujourd’hui, Hoax et « hoax buster » hier (il y a 20 ans) ; comme quoi les mots à la mode se renouvellent, mais rien de nouveau sous le soleil. De tout temps, l’information et la désinformation ont été le nerf de la guerre.
    La technologie ne change rien sauf que les contenus pléthoriques vont plus vite et plus loin, du coup tout se rétrécit, le temps, l’espace et proportionnellement le cerveau humain disponible.

    Ce qu’il faut comprendre avec la puissance de frappe d’Internet c’est que cela a surtout bouleversé les média institutionnalisés qui eux aussi sont soumis à la féroce concurrence de l’information fleuve. Du « soap info » en quelque sorte.
    Comme disait j’ai oublié qui : « le journal de la veille est plus vieux que l’odyssée d’Homère », d’où
    le « scoopisme » non stop.
    L’information en continu pratiquée par les sites indépendants, les blogs, les réseaux sociaux, la gratuité partielle ou totale, implique pour les média institutionnalisés une logique d’innovation permanente pour survivre.
    Alors, « Le nouveau » est plus essentiel que l’Essentiel, même si ce n’est pas important, même si c’est ridicule », même si c’est faux. On s’en fout car les journaleux encartés ont fait allégeance aux gouvernants cocosos. « La politique est le moyen pour des hommes sans principes de diriger des hommes sans mémoire ». Autant en profiter puisqu’ils sont subventionnés.

    Pour vendre, la TV, la radio et la presse exploitent les 4 passions démocratiques qui vont dans le sens de l’Opinion Publique, que l’on « forme » au préalable bien sûr.
    Le socle des 4 passions des média peut être indexé sur nos partis politiques ;
    1ère passion : la Colère = le FN et Mélanchon
    2ème passion : la Peur = périmètre des écolos
    3ème passion : l’Indignation = les bobos mutins mais pas trop mais « En marche » …
    4ème passion : la Jalousie/l’Envie = dans le monde de l’Egalité de papier c’est le fameux « j’aime pas les riches » de qui vous savez.
    La 5ème passion : l’Amour et la Fraternité ne fait pas recette quant à elle.

    Sachant cela, vous êtes avertis de ne pas croire tout ce qui est écrit ou dit. Ainsi les projecteurs sur de soi-disant « affaires » devraient vous mettre la puce à l’oreille par rapport à d’autres qui sont opportunément écartées…

    Réponse
    • Jo

      Moi, je survole l’info, je la consomme à dose homéopathique sans me poser trop de questions. mais avouons que cette campagne électorale est triste à pleurer.

      Réponse
  4. christine thomas

    Bonjour, même si l’information vien de la presse ou radio « reconnue », il faut aussi se méfier car nous savons que tous que les médias sont là pour orienter la population, le peuple pour qu’il aille dans un sens plutôt qu’un autre. Donc, il faut également s’informer ailleurs comme sur you tube où l’on trouve plein d’informations bien plus crédibles sur la réalité des choses. Autre chose, quand vous avez une information, regardez la date à laquelle l’information a été circulée. Il existe une autre façon aussi de vérifier si les sources d’un site sont fiables en allant Décodex http://www.lemonde.fr/verification/ mais à utiliser avec parcimonie puisque ce site appartient « Au monde », et il est arrivé que Décodex oriente également la population. Donc, même Décodex a ses limites. A bientôt.

    Réponse
    • Jo

      Merci pour ton conseil. Decodex semble assez fiable en effet. Face à une information surprenante, il ne faut jamais partager sur le coup de l’émotion. Il faut faire des recherches, du mieux qu’on peut. Ce n’est pas toujours facile de débusquer les petits malins qui se frottent les mains quand on tombe dans le panneau.

      Réponse
      • Visiteuse

        Fiable ?
        Monde dieu ! Décodex , sans Dec ???
        Non ! Je n’arrive pas à croire que vous apportiez un crédit à cet organe de manipulation Orwellien appelé « Decodex » ! Si cet algorithme avait été programmé et proposé par « Valeurs actuelles » nous serions sourds aujourd’hui.
        D’un autre côté, je peux admettre que le décodage/ré-encodage de leurs actualités s’accorde à une grille de représentation d’un certain monde. Dans ce cas là en effet, pas besoin de sourcer ailleurs, puisque c’est La Référence, un standard de la pensée autorisée quoi.
        Dans Matrix, Morpheus propose à Neo une pilule rose ou bleue, Decodex appose des pastilles vertes ou rouges…
        Enfin ; on peut dire que cela permet de baliser la direction de l’opinion Publique. Quant au sens critique ou la pensée et bien le problème chez le français c’est qu’il est un incorrigible romantique qui se plait toujours à exalter un idéal esthétique au mépris du Réel.
        C’est bien pourquoi, nous avons encore sur notre sol au 21ème siècle des rejetons de marxistes, léninistes, des zadistes anarchistes et même des trotskystes !

        Réponse
        • Jo

          Décodex, un doute sur sa fiabilité ? Au moins, c’est un début. Il faut bien filtrer toutes les âneries qui pullulent sur les réseaux sociaux. Comme Google et Facebook n’ont que quelques modérateurs, c’est à nous de faire le tri et c’est fatigant.

          Réponse
  5. Janachète

    Tu as parfaitement raison.
    Je me suis laissée avoir à partager sur FB des messages anciens ou faux maintenant je partage beaucoup moins et suis plus vigilante .
    D’ailleurs je me fais enguirlander par Monsieur qui est sur FB quand il le voit faire ça.
    Merci pour le rappel.
    Bises !

    Réponse
    • Jo

      Pour ne pas avoir l’air ridicule, la prudence est de mise. Je fais comme toi, je partage peu et dès que je lis un truc un peu bizarre, je cherche la source.

      Réponse
  6. Daphné @ Be Frenchie

    Oui, les fake news se répandent ces dernières semaines; parfois, la frontière n’est pas nette, quand on cite par exemple Médiapart alors qu’il s’agit d’un blog de lecteur hébergé sur Médiapart. Et certains rusés trafiquent des pages web pour détourner une vraie info. Même quand la source est fiable, mieux vaut aller vérifier soi-même sur le site d’information cité qu’il ne s’agit pas d’une capture d’écran retouchée.

    Mais il me semble que Google travaille justement à la création d’un outil permettant de détecter les fake news. Plus que jamais, nous devons apprendre à trier les informations que nous voyons pour analyser les choses avec discernement ( mais on me dit que l’homme le plus puissant du monde préfère regarder Fox News plutôt que de lire les notes de ses conseillers ).

    Réponse
    • Jo

      Pour Google, ce n’est pas très clair. Ils ont l’air un peu frileux sur ce coup là. Pour l’instant, il n’y a que quelques modérateurs pour un travail qui parait colossal.
      Et le grand blond, de l’autre coté de l’atlantique, a toujours baigné dans la télé réalité, Fox News lui semble donc de bon niveau, ça fait peur !
      C’est comme si notre président regardait l’émission d’Hanouna. Au fait, est ce que tu crois que Sheila est un homme ? Parce que celle là, elle a tourné en boucle, comme le fait qu’aller sur la lune était une imposture.

      Réponse
  7. La baladine

    Et oui! Ça parait relever juste du bon sens, mais beaucoup trop de gens, persuadés que les journalistes sont tous des menteurs invétérés, prennent pour argent comptant ce qui passe sur le net. Et la moindre rumeur alarmiste, complotiste, dénonciatrice se propage à vitesse d’enfer, alors qu’il suffit de gratter un peu pour s’apercevoir que c’est du vent; et souvent du vent nauséabond. En ces temps agités de campagne présidentielle, il nous revient d’être encore plus exigeant qu’à l’ordinaire. Mais hélas, tout le monde n’a pas cette exigence.
    Bises loyales et vérifiées 🙂

    Réponse
    • Jo

      Nous arrivons à faire le tri, le plus souvent. Il est rare que je me fasse avoir et je partage très peu d’infos. Mais pour les ados, grands consommateurs de réseaux sociaux, ce sera difficile.

      Réponse
      • Visiteuse

        Pourquoi ?

        Pourquoi ce sera plus difficile pour les ados que pour nous de « distinguer le bon grain journalistique de l’ivraie propagandiste ». ?

        Réponse
        • Jo

          Parce qu’il faut les éduquer à avoir un sens critique et ne pas croire tout ce qui est dit ou écrit.
          Comme on ne regarde plus la télé en famille, les parents n’ont aucun contrôle sur les vidéos que regardent les ados et allez savoir ce qu’ils comprennent !
          Les profs ont également un rôle à jouer.

          Réponse
          • Visiteuse

            Voilà qui pourrait servir :

            Réponse
            • Jo

              Le fait de pouvoir retracer les discours nous montre que les hommes politiques vont devoir revoir leur façon de communiquer. Dire tout et son contraire, ça ne passe plus.

              Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.