Je me suis trompée de poubelle

Jeter, s’alléger, ne garder que l’essentiel, c’est la tendance du moment.

On nous donne des méthodes car cela ne s’improvise pas.  Le processus se fait par étapes. Avant de jeter un objet, on le prend  dans ses mains et on se demande s’il nous procure de la joie. Je ne suis pas chez Disney, dans la maison des poupées, là où tout est merveilleux. Mon cœur est grand, j’ai de la place pour ma famille et mes amis mais il n’est sans doute pas indispensable d’avoir un sentiment pour l’essoreuse à salade.

On nous dit qu’il faut en finir avec  l’accumulation des tubes de crème dans la salle de bain, l’amoncellement de vêtements dans le dressing et toutes ces conserves, huiles, vinaigres, moutardes, qui encombrent  les étagères de la cuisine.

A chaque saison, j’ai des envies de rangement. Je traque le pull bouloché, la veste usagée, les médicaments ou aliments périmés. Et là, quelle galère !  On cherche la date, elle est invisible. On scrute devant, derrière, à l’intérieur. Il faut une loupe pour deviner les chiffres, dans un coin. Pas très pratique.

Si certains n’arrivent pas à se séparer d’une fiche recette ou d’un vieux bonnet, pour moi, trier, c’est facile. J’adore faire place nette, tout mettre dans des cartons, dans le garage.

Et on passe à l’étape suivante. C’est bien là tout le problème. On jette où ? Comment ?

 

Consignes de tri

J’aimerais montrer l’exemple, dire que je suis responsable, je dirais même plus, éco-responsable, avec des gestes concrets pour sauver la planète … J’aimerais tout simplement ne pas me tromper de poubelle !

Je respecte les consignes pour le verre, les cartons, les journaux. Mais pour le reste … Je dois remettre en cause mes habitudes et  je n’ai pas trop envie de réfléchir à tout ça, c’est compliqué.

Par exemple, le pot de crème, en verre, doit être déposé dans les bornes de collecte de verre. Normal. Mais attention, le mini pot en verre est trop petit pour avoir droit au recyclage, il finira dans la poubelle des déchets. Vous le saviez ? Moi, pas.

Le casse tête, ce sont les emballages hybrides, mi plastique, mi carton. On en fait quoi ? On calcule le pourcentage de matière pour se décider !

Pour le plastique, la bouteille d’huile vide va dans la poubelle jaune. Par contre, les tubes en plastique vont dans la poubelle de déchets ménagers, il n’y a pas de filière de recyclage pour eux.

Autre exemple, les boîtes d’œuf, en carton, vont dans les bacs jaunes. Celles en plastique, trop légères pour le recyclage doivent être jetées avec les ordures ménagères

Et les bouchons ? Faut-il les séparer des bouteilles. Il semblerait que non.

En plus de me tromper souvent de poubelle, j’ai tendance à tout imbriquer, pour gagner de la place. C’est une erreur, pour le traitement, les déchets doivent être libres et séparés.

Je suis allergique aux pictogrammes, je suis perdue avec ces poubelles de différentes couleurs. C’est loin d’être un automatisme pour moi. Je suis fatiguée à l’avance de devoir réfléchir au tri. J’ai souvent envie de tout mélanger dans un sac, opaque. Qui le saura ? Qui viendra me réprimander ?  Personne.

Je pense souvent à notre premier appartement. Il y avait un vide-ordures encastré dans le mur de la cuisine. A cette époque, on ne se posait pas la question du tri. On jetait tout, c’était tellement pratique !

Maintenant, il faut réfléchir.J’aimerais que ce soit plus simple, qu’il soit noté sur chaque article  : poubelle jaune, ordures ménagères … et pas d’exception avec les petits conditionnements.

Quand tout sera clair, on pourra mettre des poubelles transparentes et je serai fière d’avoir tout juste. En ce moment, je suis ravie d’avoir des sacs bien fermées pour cacher mes erreurs d’aiguillage.

Mais, promis, en 2017, je vais faire ça plus sérieusement, avec application. Je vais adopter les bons réflexes. D’ailleurs, pour m’aider, un magasin Day By Day  vient d’ouvrir à Brive. Un bon début pour limiter les emballages.

 

16 Commentaires

  1. Daphné

    Et encore, nous avons bien moins de poubelles que dans d’autres pays – en faisant des échanges de maison, je réalise à quel point habitudes de consommation, puis de tri, sont différentes.

    Je me suis aussi souvent demandé pourquoi on ne pourrait pas mettre un pictogramme sur chaque emballage pour nous indiquer ce qu’il faut en faire – mais as-tu remarqué que même le code couleur des poubelles varie d’une ville à l’autre ?

    Et j’espère que, bientôt, on trouvera des produits en vrac plus facilement, et croise les doigts pour le retour des consignes de mon enfance. En Belgique, il me semble que ça marchait plutôt bien.

    Réponse
    • Jo

      Le code couleur qui varie d’une ville à l’autre, c’est inadmissible. Ceux qui ont pensé le système sont des irresponsables.
      Et les consignes, c’était respecté quand j’étais enfant. Maintenant, les gens sont trop négligents, il faut trouver un système plus simple.

      Réponse
  2. chiffonsandco

    ahah, je t’accorde que ce n’est pas toujours simple, ce sont des automatismes à apprendre, mais un jour, on recyclera les yeux fermés, tu verras….

    Réponse
    • Jo

      J’aimerais te croire mais c’est sans compter sur les nouvelles normes qui arrivent avant qu’on se soit adapté aux anciennes. En tout cas, je sais qu’il faut aller dans ce sens et montrer l’exemple aux enfants.

      Réponse
  3. solexine88

    Sensible à ce problème d’éco-citoyen, je trie depuis longtemps. mais j’ai tjs mis la bouteille d’huile et les boîtes d’œufs dans les déchets ménagers, oups… erreur! quel casse tête ,ce tri! et comme les consignes changent d’une région à une autre, on ne peut pas s’appuyer sur toutes les expériences. je compte sur toi pour m’aider! Nous allons faire des réunions avec nos sacs plastiques pleins pour savoir faire partir nos déchets dans la bonne direction.

    Réponse
    • Jo

      Demandons à nos maris, ils sont parfaits, ils ont certainement la solution.

      Réponse
  4. Janachète

    Oh la la tu as raison c’est roôoo compliqué. En plus on n’a qu’une poubelle à disposition chez nous et qu’on doit amener 2 fois par semaine à quelques mètres de chez nous .Tu imagines le bazar s’il faut trier et amener 3 poubelles ?
    Alors je ne sépare que le verre .
    Déjà que j’ai un mal à faire du trie dans mes affaires. ..
    Bon je n’aide pas beaucoup l’écologie c’est sûr mais trop la flemme.
    Bisous ma belle !

    Réponse
    • Jo

      La flemme et le tri ne font pas bon ménage. Si tu n’as qu’une poubelle, pas de culpabilité, tu entasses tout et c’est bien comme ça. Moi, je fais le tri, mais pas toujours correctement. Toujours cette flemme …. Bises

      Réponse
  5. matchingpoints

    Que c’est compliqué d’être éco-responsable…et on nous facilite guerre la tâche, de quoi décourager ceux qui ne sont déjà pas très pas motivés… ! Nous trions depuis très longtemps, mais c’est vrai, combien de fois nous pestons. Mettre une couleur sur chaque produit ou emballage, la couleur qui correspondrait à la poubelle, ce serait simple, un jeu, non ?

    Réponse
    • Jo

      Pestons, trions, on va y arriver, j’ai bon espoir.

      Réponse
  6. Visiteuse

    Moi aussi je trouve lourdingue la gestion des poubelles, sachant que c’est en plus une vaste escroquerie. Le recyclage est subventionné et qui dit subvention dit taxes prélevées dans nos poches. Pour un résultat plus coûteux, plus énergivore que le volume collecté non trié.
    Mais bon, ça fait plaisir à pleins de gens on dirait.

    Dans mon ex bourgade, j’y ai vu un jour sur le trottoir, une poubelle avec en travers un large scotch jaune (genre « scène de crime – do not cross »), sur lequel était imprimé assez agressivement trouvais-je : « REFUSEE – poubelle non triée ». C’était la poubelle de la honte, elle est restée longtemps toute seule avec son étiquette accusatrice.
    A Paris il y a des enquêteurs habilités à fouiller les poubelles pour y retrouver les propriétaires incivils et les alléger de 35 € .
    Sinon, dans l’ultra solution, il y a des pratiques assez intéressantes comme cette franco américaine qui pourrait vous inspirer dans l’achat en vrac (même si son bocal de déchets me paraît peu crédible)

    Réponse
    • Jo

      La poubelle de la honte, c’est comme ça qu’on pourrait appeler la mienne de temps en temps. Je suis rassurée par les commentaires, tout le monde trouve le tri un peu fastidieux.
      L’ultra solution de la californienne, on dirait qu’elle est dans une maison témoin. Soit elle y consacre sa journée, soit c’est du bluff. Comme elle, j’ai mes bocaux pour aller acheter en vrac, mais je ne serai jamais aussi stylée qu’elle. C’est pas grave, c’est la démarche qui compte.

      Réponse
  7. zenopia

    Ah ben voilà, l’épecerie en vrac nous sauvera tous 😉
    Je suis habituée… ici on a plusieurs collectes sélectives : papiers/cartons, les verres et les poubelles « vrac » depuis toujours (je m’en souviens déjà chez mes parents donc ça date)… et depuis pas mal de tempsn ce sont rajoutés les « sacs bleus » pour les pmc…
    ça ne nous pose pas trop de problèmes de questionnement… Par contre, quand on descend à Perpignan, chez BM, j’avoue que je suis perdue…
    Belle journée ! (et bonjour à ton essoreuse à salade 😉 😉 )

    Réponse
    • Jo

      oui, je dirais bonjour à mon essoreuse pour toi, elle sera ravie.
      Quand je lis tes billets, je me dis que c’est simple, qu’il suffit de s’y mettre et que j’aurai ce merveilleux sentiment de faire du bien à la planète. Et mes bonnes résolutions retombent, alors je me dis que les américains et les chinois polluent bien plus que moi … C’est pour atténuer ma culpabilité !
      Mais je ne désespère pas faire mieux et je vais tester l’achat en vrac. Mon mari dit que c’est pour les bobos, on verra bien. En tout cas, lui, il fait le tri, il s’applique, plus que moi …

      Réponse
  8. La baladine

    C’est un casse-tête, je confirme! Et je ne peux y échapper, le Paladin est en charge du développement durable dans la commune… Alors je trie, et au final ça devient un réflexe… mais tu as raison, une indication sur l’emballage, ce ne serait pas du luxe!
    En tout cas, l’épicerie en vrac, c’est top, sur tous les plans!

    Réponse
    • Jo

      Avec un compagnon en charge du développement durable, il faut montrer l’exemple.
      Le mien est contrôleur de gestion, donc on fait tout dans les règles ! Il râle même quand je fais de trop grosses épluchures et s’applique à mettre dans la bonne poubelle. Moi, je suis encore dans l’approximatif, mais je vais progresser.
      J’ai des bocaux vides à remplir à l’épicerie en vrac. Elle vient d’ouvrir, je vais tester.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez mes articles en vous abonnant