J’ai rien compris au film.

 

Quand je suis revenue de Californie, j’avais des tas de souvenirs, images sublimes des lieux visités.  Pour replonger dans cette atmosphère, rien de tel qu’un film. On n’y prête pas attention, mais il y a beaucoup de films tournés là-bas : des comédies romantiques à San Francisco, des westerns dans le désert et des polars dans les rues de Los Angeles. Tout un tas de navets, plus insipides les uns que les autres, par la faiblesse des scénarios.

Un soir de juillet dernier, j’ai vu la programmation de Valley of Love, avec Gérard Depardieu et Isabelle Huppert. Génial, la Vallée de la Mort, avec de bons acteurs, en plus ! Quel plaisir !

Valley of Love, c’est l’histoire d’un couple séparé qui se retrouve dans le désert, pour exaucer le vœu posthume de leur fils qui s’est suicidé. Il leur a adressé une lettre où il  indique qu’il se manifestera s’ils suivent le programme initiatique dicté.

Gérard et Isabelle (ils ont gardé leurs prénoms, ce qui n’aide pas à entrer dans la fiction !) sont déboussolés, privés de leurs repères, condamnés à faire la route ensemble. Gérard, incommodé par la chaleur, se traîne d’hôtels en motels. Isabelle, toute frêle, est là sans y être. Elle ne fait passer aucune émotion. On ne sait pas ce qu’on fait là … Et eux non plus, d’ailleurs !

Film Valley of love

Dans cette fournaise, rien ne bouge. Gros plan sur les acteurs, peu d’images du désert. On voit les routes, les motels. C’est déconcertant, bizarre. Le voyage se passe avec les cris, les doutes, les douleurs fugaces, les corps qui se couvrent de stigmates, des visions …

Ces petites touches de fantastique et de spirituel, c’est déstabilisant.  Bref, je n’ai rien compris !

Je suis très mal à l’aise quand je ne trouve pas de sens à une histoire.

Mon premier réflexe est de lire  le ‘bien pensant’ Télérama qui précisait : bouleversant, puissant, dérangeant !   Pas le moindre  mot comme flou, incompréhensible. Télérama avait tout compris au film.

Dans un deuxième temps, je pense avoir piqué du nez à un moment et donc avoir zappé l’instant clé, celui qui donne les codes. J’ai donc revisionné le film. Non, décidément, je n’ai rien compris !

Un malaise m’envahit. Sur une échelle de 1 à 10 de l’estime de soi, je suis à 2. C’est peu !  Un terrible doute me saisit : – suis-je idiote ?  Le réalisateur me laisse peut être résoudre l’énigme toute seule.

Reprenons nos esprits.  Personne ne voudrait mettre autant d’argent pour une histoire incompréhensible, donc le scénario tient debout.

En plus, Depardieu et Huppert ont certainement décodé l’histoire pour l’interpréter.

Comme je suis obstinée (et pas fière d’être idiote), j’ai fait une troisième lecture, traquant les détails, les expressions, les dialogues, les silences,  les indices cachés.  Toujours rien, pas la moindre lueur d’explication, ce film n’a aucune logique. Je n’ai pas approfondi, je frôlais l’AVC et j’étais comme les acteurs, perdue dans le désert.

Ce n’est pas la première fois que je suis perplexe face à un scénario. J’avais eu cette impression en regardant Shutter Island, de Scorsese. C’était un film oppressant, effrayant. Il fallait répondre à la question – Qui est fou ? les patients, le docteur, le psychiatre, moi  …  Je suis sortie  du cinéma, les yeux remplis d’incompréhension. Où était le rêve, la réalité ? je ne sais pas !

Et j’ai regardé la critique de Télérama : Shutter Island est un film exigeant, conceptuel qui vous tient de bout en bout, malgré l’ironie baroque qui le parcourt.  C’est ça, je ne suis pas à l’aise avec l’ironie baroque !

Mon problème, ce sont les films qui mélangent rêve et réalité. J’avais tout compris dans les épisodes de Ma Sorcière bien aimée et dans Ghost, mais on est un peu au ras des pâquerettes. Valley of love, c’est du trop haut niveau pour moi. Je vais y aller doucement, par paliers. Je vais habituer mon cerveau à cette gymnastique des apparitions.

Il me faut une histoire simple, des personnages faciles à cerner et un peu de mystique, mais pas trop !

J’ai trouvé ! je vais regarder Joséphine, Ange Gardien. Je n’ai vu que quelques extraits, jamais un épisode en entier. Joséphine est un ange ; elle aide, par ses pouvoirs magiques, les personnes en grande difficulté.

C’est tout à fait ce qu’il me faut. Après ça, je serai capable d’affronter les scénarios de Scorsese  et quand je serai copine avec  Joséphine, quand j’aurai vu les 125 épisodes, je lui dirai :

 – Dis, Joséphine, tu devrais aller dans le désert. Gérard et Isabelle t’attendent. sors-les de cette galère !

Recevez mes articles en vous abonnant.


 

25 Commentaires

  1. Visiteuse

    Pour être perturbée à ce point par un film, je ne vois qu’une seule explication : le réalisateur a inséré des images subliminales.
    Le casting déjà est louche.
    Franchement Isabelle Hupert est un produit surfait, elle a autant de charisme qu’une branche de céleri, la saveur en moins. Comme vous le dites elle est froide mais aussi fadasse et interchangeable.
    Et que fait donc Depardieu dans cette galère ? C’est quoi son mobile ?

    Quand je ne comprends pas un film surtout quand il est encensé par la « Haute Autorité » d’un canard cocosos comme Telerama je me dis 2 choses : Foutaise et blanchiment d’argent…

    Réponse
    • Jo

      Voilà l’explication : foutaise et blanchiment d’argent. ça me va !
      Moi, je restais dans une logique plus ‘économique’. Je me disais que le film avait une valeur et que la compréhension du scénario était la première étape pour débloquer l’argent.
      Mais, c’est vrai, on est dans le show-biz et ces gens ne sont pas comme nous.

      Réponse
      • Visiteuse

        Heureuse d’avoir contribué un peu à la reconquête de votre estime de soi.

        Sinon show-biz & politique c’est les 2 faces d’une même pièce ; en Gaule Providence bien sûr.
        Prenez l’exemple de Julie Point G, quand elle est devenue la 2ème mi- lady de Moi-Je, par curiosité, j’ai regardé dans « sté.com » son compte de résultat de sa boîte de prod : « Raide »international (à vous de traduire, je ne veux pas me faire repérer!) : rien de publié depuis la création en 2007, 1 capital social ridicule de 1000 € et 0 salarié.
        Ben entre temps, elle a vachement progressé la Point G , pas encore le Nirvana officiel mais une croissance incredible ! : Et encore je ne sais pas lire un bilan. Mais allez-y c’est instructif…
        Pour les clefs du schmilblick de « l‘Exception culturelle française » vous avez aussi cet article
        https://www.contrepoints.org/2016/05/13/238706-soutien-public-au-cinema-francais-lanalyse-interdite
        A bonne lectrice, salut…

        Réponse
        • Jo

          Effarant ! On nous en cache, des choses.

          Réponse
    • Ed

      Je cite « canard cocosos comme Télérama » ????!!!! Je reste sidérée par l’élégance d’un tel commentaire. À tout prendre, je préfère la tendance « cocosos » (non mais, ce terme !!!) à celle du Figaro…. Dommage, je croyais que ce blog allait me plaire…

      Réponse
      • Jo

        Ce n’est pas grave, on ne peut pas plaire à tout le monde. Il y a du choix dans la blogosphère.

        Réponse
  2. Daphné @ Be Frenchie

    En te lisant Jo, je me suis dit que je devrais oser sortir d’une salle de cinéma quand un film ne me plait pas.

    Quand aux critiques de Télérama, si je m’en sers de référence, je fais de plus en plus attention aux critiques des lecteurs en commentaires. Bien souvent, elles sont plus proches de ma propre appréciation et sensibilité.

    Réponse
    • Jo

      Je suis de plus en plus souvent déçue par les films que je regarde. Chez les américains, ce sont de grosses ficelles qu’on voit arriver de loin. Chez nous, c’est soit du comique un peu lourd, soit ce genre de film incompréhensible. Je vais peut-être essayer les films d’art et essai, sud-coréens, au risque de prendre un Doliprane en sortant.

      Réponse
      • Daphné @ Be Frenchie

        Et il y a déjà tant à piocher dans les grands classiques. Avec à la maison un ado qui est passioné de cinéma, on regarde de plus en plus de « vieux » films, en prenant le temps de choisir et de se programmer une soirée ciné.

        Dans un tout autre genre, si tu aimes les ovnis, as-tu tenté Dr Who, une série anglaise de science fiction qui dure depuis…50 ans ! C’est Monty-Pytonesque à souhait.

        Réponse
        • Jo

          Je trouve que les ‘vieux’ films étaient réalisés avec application, selon une méthode. Maintenant, ce n’est que fouillis.
          Sinon, je ne connais pas cette série, mais j’ai du mal à suivre les séries, pas assez de temps.

          Réponse
  3. zazimutine

    Une chose est sûre: tu ne m’as pas donnée envie de voir ce film 😀
    J’ai un très mauvais souvenir d’un film dans le même genre avec aussi Isabelle Huppert, décidément! (La pianiste de Haneke je crois… Compréhensible mais juste glauque et sans émotion… Â fuir pour moi!

    Réponse
    • Jo

      Tout le monde encense Isabelle Huppert, moi je la trouve froide. Tu devrais regarder Valley of Love quand il sera programmé, j’aimerais bien avoir ton avis. Bon week-end.

      Réponse
  4. La Baladine

    Bon bon bon… Il fait partie des films que je me suis promis de regarder d’ici peu… Je vous dirai, promis! Sinon, j’ai beaucoup aimé Shutter Island, vu deux fois, car la première m’a perturbée (mais j’aime ça, quand ça me perturbe) et laissée sur ma faim; dans la deuxième j’ai découvert tout un tas de petits indices cachés, jeux de phrases quasi codées mais parfaitement décodables quand on a saisi l’ensemble de l’histoire… Quant à savoir qui est fou, qui peut savoir au fond, peut-être le sommes nous tous et toutes autant que nous sommes?
    Quoiqu’il en soit, votre billet est un petit bijou d’autodérision, et ça aussi, j’adore! 🙂

    Réponse
    • Jo

      Merci du compliment. Moi aussi, j’aime les films ‘dérangeants’. Je suis fan du réalisateur Alan Parker, qui va progressivement dans le malaise, dans des films comme Midnight Express, Mississipi Burning. Nous reparlerons de Valley of love, donc …

      Réponse
  5. solexine88

    Scorsese ou Woody Allen, je fuis…. je me sens toujours ignare en essayant de regarder leurs réalisations , et comme je n’aime pas me faire mal, je préfère éviter.
    Bon, je ne vais pas jusqu’à Joséphine (que j’ai regardé des années qd même, je reconnais ma faute!), mais je reste très bon (et un peu simple) public …..
    Remets toi de cette aventure contrariante, car finalement, ce n’était pas une si mauvaise expérience: cela t’a permis de faire un très bon post!!!!

    Réponse
    • Jo

      Merci du compliment. Enfin, si on comprend Les Bronzés font du ski, rien n’est perdu, on est encore au niveau.

      Réponse
  6. nadine pavard

    J’ai pas été tenté par ce film et j’ai bien eu raison, j’aime pas les films trop réfléchis, j’aime me distraire pas me labourer le cerveau.
    En plus ca t’as drolement perturbé, pour qu’en plus tu te flagelles en le revisionnant 2 fois de plus !
    Bon de toute facon je n’ai plus de tickets de cinéma à réduction…

    Réponse
    • Jo

      Labourer le cerveau, j’adore, ça me va bien, moi qui vient de la ferme.
      Oui, ça m’a perturbé de me dire sans arrêt – Mais où veut-il en venir ?
      Et mon mari n’a pas pu m’aider, il fuit ce genre de film. En général, il tient 10 minutes, se lève et dit – J’en ai assez vu !

      Réponse
  7. Janachète

    Ah ah ah , je suis écroulée !
    Ca m’arrive de temps en temps aussi et moi je me dis tout bêtement tu n’as pas aimé ! Je ne me torture pas l’esprit. Je t’avoue que je préfère quand c’est simple, sentimental , drôle ou même aventurier , mais prise de tête et qui traîne en longueur c’est comme les bouquins ça m’endort ! Alors bonne idée regarde Joséphine

    Réponse
    • Jo

      Et moi qui déteste les comédies romantiques, j’ai regardé trois films qui se passaient à San Francisco. La ville est belle mais je n’aime toujours pas les comédies romantiques.
      En fait, il y a de moins en moins de films qui me plaisent. Mais je ne vais pas regarder Joséphine, on trouve mieux quand même !
      Bon week-end.

      Réponse
  8. matchingpoints

    Nous n’avons pas vu ce film précisément, mais combien de fois nous avons eu ce même sentiment de ne pas être à la hauteur … Gardons notre liberté intellectuelle et le droit de ne pas aimer. Mais Josephine n’est pas non plus notre truc.. 🙂
    Bon weekend

    Réponse
    • Jo

      Au moins, quand il sera programmé, vous penserez à moi et j’espère que vous le regarderez. J’aimerais bien avoir un commentaire d’une personne qui l’a aimé, pour en parler. Mais je ne vais pas regarder Joséphine, par dépit.Je n’aime pas ces programmations de TF1. Bon week end à vous.

      Réponse
      • matchingpoints

        C’est en voyant la programmation de Joséphine, nous penserons à vous aussi … 🙂
        Bonne journée

        Réponse
        • Jo

          D’accord. En plus, Joséphine, c’est comme La Petite Maison dans la Prairie, il y a des redif. sur tout un tas de chaines, l’après-midi, le soir, la nuit.

          Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.