Solutions innovantes au quotidien.

 

Dans les entreprises, une des principales stratégies pour fidéliser le client, c’est de générer de nouvelles idées.

Tous les centres d’innovation ne se ressemblent pas. Certains travaillent sans relâche et d’autre se tournent les pouces, et même, on verra plus loin, tournent au ridicule.

Prenons quelques exemples :

  • Dans les années 70, nous avions le choix entre trois marques de shampoings, déclinés en cheveux secs ou gras.

Aujourd’hui, les linéaires débordent de shampoings pour bébé, pour enfants, pour adultes. Nous pouvons appliquer des soins, des masques, des « 2 en 1 », familiaux, spécifiques ou traitants.

Il ne manque, à mon avis, que le shampoing qui sèche les cheveux. Ce qui nous ferait gagner un temps précieux !

  • Autre exemple, le papier toilette.

Nous avons connu le papier plat, plié en Z. Puis, sont arrivés les rouleaux, le gaufrage, la triple épaisseur, le papier parfumé, les décors incrustés, de nouvelles couleurs. Le tube carton est devenu biodégradable. Dernière révolution, il n’y a plus de tube carton, c’est magique !

Mais l’innovation va encore plus loin. Délicatesse et raffinement entrent dans les toilettes. On trouve maintenant du papier imprégné de crème hydratante.

Dans ces deux cas, les chercheurs ont cogité, créé, imaginé de nouvelles formes, de nouvelles textures. Les gammes ont évolué.

Pour nous faire craquer, les marques sont prêtes à tout. Elles n’hésitent pas à surfer sur l’effet ‘Coupe du Monde’, modifient les emballages, s’associent avec les stars de la cuisine ou du cinéma. Elles nous prennent par les sentiments. Steve Jobs avait compris, avant tout le monde, que le désir primait sur l’objet.

Au quotidien, on peut parler d’innovation pour une meilleure prise en main des objets : l’emballage plastique pour le pack d’eau, le sachet souple pour le sucre ou le flacon pompe, tellement pratique !

Et si nous parlions des ‘ouvertures faciles’.

Il reste encore beaucoup d’ouvertures ‘pas faciles’ : ces pointillés qui ne mènent nulle part, les languettes qui cassent. On arrache les films plastique avec les dents, on se démonte l’épaule pour ouvrir un bocal récalcitrant.

Certains articles s’ouvrent trop facilement.

Mes parents font, chaque soir, une soupe au vermicelle. C’est immuable, c’est comme ça.

Avez-vous vu le conditionnement du vermicelle ?

Vermicelle Panzani

L’emballage est trop fin, il craque. Pour se servir, on est obligé de transférer les pâtes dans un tupperware.

Mais il y a pire. Je n’en croyais pas mes yeux !

La semaine dernière, j’ai acheté un paquet de farine, refermable, de la marque Francine.

On imagine donc les chercheurs de la marque, alignés, derrière leurs ordinateurs, avec des idées qui fusent de toutes parts.

Et voilà le résultat !

 

Fermeture facile farine Francine

Sur le site, on trouve ces indications :

 » Toute la gamme Francine adopte ce nouveau système de fermeture. France Farine en informe ses consommateurs par un bandeau « Nouveau sachet refermable » et par un encadré pédagogique mentionnant notamment de « Faire glisser la baguette pour ouvrir et refermer le sachet à volonté ; toujours repositionner la baguette à l’endroit initial »

Une baguette en plastique.   Pas du tout pratique ! Et les explications s’adressent à un enfant de cinq ans.

J’avais, depuis longtemps, trouvé une meilleure solution avec une pince à linge.

On ne demande pas un écrin doré pour le vermicelle et la farine, simplement un emballage solide et facilement refermable.

Mettez-vous à la place du consommateur, Messieurs les Chercheurs ! Et surtout, mettez-vous au travail !

Photos à la une sur le site des marques

18 Commentaires

  1. manoudanslaforet

    Et le nombre d’emballages cartons inutiles, et les aspirateurs qui pèsent une tonne…et… je crois que ce sont des hommes qui inventent et qui n’utilisent pas!!!!

    Réponse
    • Jo

      C’est vrai, encore de bons exemples. Un petit dernier, la housse de couette ! Une couette, c’est sympa, c’est chaud, c’est confortable mais quelle galère pour mettre la couette dans la housse !

      Réponse
      • Visiteuse

        Ah oui, c’est vrai que la housse de couette c’est pas facile à enfiler, mais bien plus pratique que nos lits d’antan avec draps plats et couverture à border.
        Enfant, ma mère dormait dans une caisse en bois remplie de paille contenue dans de la toile de jute qu’il fallait chaque matin aérer et retaper, et en guise de couverture, de la toile de chanvre et peaux de mouton l’hiver.
        A l’adolescence, le niveau de vie ayant augmenté la famille possédait des oies ; elle a donc pu rêver dans de la plume blanche, à sa vie future et heureusement plus confortable.

        Sinon, à part le sel, les allumettes (sauf pour mon arrière grand-père qui avait 2 pierres en silex) et le pétrole pour s’éclairer quand les bougies maison venaient à manquer faute de cire d’abeilles, on n’achetait rien. Je crois bien que les paquets de farine d’un kilo si joliment illustrés et packagés les auraient horrifiés. Mais bon, ça, c’était au siècle dernier – vive le progrès !

        Réponse
        • Jo

          Moi aussi, j’ai eu ces récits d’enfance avec peu de moyens, 4 km à pieds chaque matin pour aller à l’école et un confort très relatif à la maison.
          Ils avaient trop peu et nous avons ‘trop’ mais je préfère la vie actuelle.

          Réponse
  2. nadine

    J’essaie d’acheter le plus possible en vrac mais sinon j’ai des pots en verre pour mettre tous les féculents dès l’ouverture. Et l a bonne vieille pince à linge idéale pour les sachets de surgelés entamés.
    Bonne journée

    Réponse
    • Jo

      Oui, moi aussi je fais des transferts dans des bocaux ou des boites, mais dans ce cas, on se substitue aux chercheurs, même pas capables de nous pondre une bonne idée. A croire qu’ils n’ont jamais mis les pieds dans une cuisine !

      Réponse
  3. Des Pensées au Jardin

    Pareil, d’ailleurs ça m’a bien fait rire en fait cet article …je ne suis pas seule à me dire : «  combien sont-ils pour penser un truc si peu pratique !!!

    Réponse
    • Jo

      Et c’est pareil pour les médicaments. Il faut ouvrir la boite, regarder la prescription sur l’ordonnance, lire la notice explicative. Quand on cherche un truc pour soulager une douleur, il faut ouvrir tous les emballages et chercher entre les lignes, à quoi sert ce médicament.
      Il serait plus simple de mettre une silhouette sur la boite et une croix sur les oreilles pour une otite ou sur l’estomac pour des aigreurs. Pfff ! C’est pas compliqué.

      Réponse
  4. Janachète

    Je peste sans arrêt pour les mêmes choses que toi .
    Les vermicelles qui s’éparpillent , les pots qu’on arrive pas à ouvrir les pointillés qui se déchirent sans rien ouvrir les languettes qui pètent.
    En fait il faut tout reconditionner soi même.
    Et tu n’as pas parlé des étiquettes indécolables sur la vaisselle neuve .
    N’y a t’il pas des chercheurs plus intelligents pour repenser tout ça ?
    C’est infernal !
    Encore de bonnes reflexions .
    Merci Jo .
    Bises .

    Réponse
    • Jo

      C’est vrai, j’avais oublié les étiquettes qui ne se décollent pas !
      Ce qui m’énerve, ce sont les pots de crème. Tu imagines les bactéries à l’intérieur. Pourquoi tout n’est pas conditionné en flacon pompe ?
      Mystère. On pourrait créer une ‘brigade des quinquas’ pour tout ce qui ne va pas, dans les emballages. On aurait du travail.

      Réponse
  5. La Baladine

    Vive la vente en vrac! A bas les emballages, sur-emballages et tutti quanti! 🙂

    Réponse
    • Jo

      Bien sûr, on peut aller au marché ou au magasin en vrac, mais il faut du temps, il faut se garer, repartir avec les produits, les mettre dans des bocaux.
      Le supermarché reste encore le plus simple. Alors, pourquoi n’avons nous pas des conditionnements plus pratiques ?

      Réponse
  6. solange

    C’est vrai que ces fameuses innovations ne sont pas toujours au top? Pour ma part je mets les paquets ouverts surtout la farine, le sucre, le café dans une jolie boite en fer, c’est pratique, écolo et déco!
    Des bises Jo

    Réponse
    • Jo

      Sympa et décoratif pour la farine, le sucre et le café mais on ne peut pas tout mettre dans de jolies boites sur une étagère.
      il y a quand même un truc qui est utile, ce sont les nouvelles bouteilles d’huile ‘stop goutte’. Au moins, avec ce système, on met la quantité désirée … Et pas plus. Merci aux chercheurs qui ont enfin trouvé un truc utile.
      Bonne semaine. Bises

      Réponse
  7. matchingpoints

    … nous sommes tellement d’accord avec vous, toutes ces innovations qui ne servent à rien, bien au contraire ! Pensent-ils à la population vieillissante (dont nous faisons partie 😉 ? Il faut pratiquer la musculation pour dévisser certains produits !
    Bonne journée

    Réponse
    • Jo

      Ils font du marketing, ils lavent la salade, sucrent les yaourts et mélangent le lait avec le chocolat.
      C’est bien beau tout ça mais à quoi ça sert si on ne peut pas ouvrir les emballages.

      Réponse
  8. Pimprenelle

    Encore des gens payes des fortunes a enc … ler les mouches en plein vol ! Vive l’epingle a linge ! Excellent post comme d’habitume
    Bizzz Et bon aprèm

    Réponse
    • Jo

      Oui, l’épingle à linge va rester notre meilleure amie.
      Parce que la baguette pour fermer le sac de farine, c’est nul.
      Ils pourraient s’inspirer de la nature, des coquilles de noix, des œufs, des peaux de banane.
      Des incapables ….
      Bises

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.