J’ai supprimé l’appli ‘podomètre’.

 

Grande nouvelle : le soleil est revenu. Fini le froid, la pluie, le vent. J’ai décidé de marcher davantage,  de trottiner un peu.

Depuis des siècles, les hommes ont tout inventé pour rester assis et économiser nos pas.

Et maintenant, c’est tout le contraire : on nous demande de lever nos fesses du canapé, de bouger  et de faire au moins 10 000 pas par jour. Cette recommandation est placardée un peu partout et validée par les médecins.

Comme il n’est pas facile de compter nos pas, on peut télécharger des applications sur notre smartphone. Les flemmards ou ceux qui ont besoin de motivation peuvent programmer des défis (temps, distance) et inviter leurs contacts dans une compétition effrénée.

Voulant donc ‘cavaler’ utile, j’ai, moi aussi, installé un podomètre sur mon téléphone.

Application désinstallée après quinze jours d’utilisation. 

Et ce, pour plusieurs raisons.

D’une part, cela m’obligeait à garder mon smartphone en permanence avec moi. C’est un peu contraignant ! Quand on veut compter ses pas sur une journée, ce sont TOUS les pas. (30 pas jusqu’à la boîte à lettres et les nombreuses allées et venues dans les pièces de la maison). Je devais donc  faire une estimation pour toutes les fois où le téléphone ne me suivait pas.

D’autre part, ces applications ne sont pas très fiables. Avec une amie, nous avons fait un test, nous avons fait une balade d’une heure et nous n’avions pas le même nombre de pas comptabilisés. La différence était de 600 pas.

Et le moment le plus démoralisant, l’affichage des calories dépensées : 10 000 pas brûlent environ 300 calories. Tous ces efforts, pour pas grand chose !

Cet algorithme m’adressait des conseils, je recevais des messages publicitaires, des encouragements, des alertes. En l’écoutant, mon activité devenait la principale préoccupation de ma journée. Je n’étais pas prête à suivre ces consignes comme un bon petit soldat.

Dix mille pas, cinq fruits et légumes par jour, deux litres d’eau, dix minutes de méditation, huit heures de sommeil par nuit … Ces préconisations véhiculent l’idée d’un exemple à suivre pour une meilleure santé. Sinon, gare à l’obésité, le cholestérol qui augmente, le diabète, le cancer ou l’accident cardiaque.

Compter, quantifier, c’est la nouvelle obsession de l’époque. Les pros du marketing l’ont bien compris. Ils nous incitent à faire toujours plus, toujours mieux.

Les chiffres, toujours les chiffres ! Ils se présentent comme nos amis mais il faut s’en méfier. Dans le premier roman James Bond, de Ian Fleming, le méchant s’appelle Le Chiffre. Ces numéros ne nous veulent pas que du bien.

J’ai décidé de ne pas compter mes pas, ni les calories avalées ou dépensées. Je préfère dire que j’ai fait une balade d’une heure.

Je n’ai pas les yeux rivés sur l’appli du podomètre, je regarde les fleurs des champs, c’est plus apaisant

 

 

 

21 Commentaires

  1. chiffonsandco

    j’ai un bracelet connecté et je trouve que c’est une motivation pour moi : cela me pousse à bouger pour atteindre les 10 000 pas, du coup, je suis ravie de m’en servir et je ne le vis pas comme une obligation !

    Réponse
    • Jo

      Un bracelet, c’est sans doute une meilleure solution. Pas besoin de réflechir où il est et quand le mettre en route. Mais personnellement, je préfère compter en heures de marche, c’est plus ‘cool’ pour moi.

      Réponse
  2. zenopia

    J’en ai fait de même, il y a un moment déjà…
    On la remet en place quand on fait un city trip, par curiosité en fait 🙂
    Belle journée

    Réponse
    • Jo

      Oui, par curiosité, c’est bien. Mais je ne sais pas si c’est très fiable.
      Avec la même appli, nous avons des écarts de + de 500 pas.
      On ne va pas se prendre la tête avec ça, l’important c’est de bouger.

      Réponse
  3. Janachète

    Je ne compte jamais ms pas sauf si j’ai solange à côté et sa montre connectée. Lol
    J’essaie de faire ma gym . De manger équilibrée et des fois bio (mon mari n’est pas convaincu par le bio…)
    Et basta ! Je n’aime pas les contraintes et déjà je trouve que l’on s’en crée beaucoup.
    Donc je suis d’accord avec toi .
    Bises Jo !

    Réponse
    • Jo

      Tu vois, les quinquas et + ne semblent pas séduites par l’idée de compter les pas.
      il ne faut pas mettre la barre trop haut, un peu de ‘cool’ dans la vie et tout ira mieux.
      Belle semaine.

      Réponse
  4. Visiteuse

    Vous avez tout compris à l’aliénation de la société de la performance !

    Nous avons gardé la structure de squelette du chasseur cueilleur qui marchait rapidement 12 à 20 km par jour. Ce n’était ni un travail, ni une séquence physique organisée comme un loisir mais une nécessité biologique : le mouvement pour rester vivant.

    Malgré notre sédentarisation totale depuis 200 ans, cette caractéristique anatomique et cette nécessité biologique 1ères sont inscrites dans la mémoire profonde de notre structure osseuse et corporelle.
    Le sport et l’activité physique ce n’est pas la même chose en esprit et en pratique.
    Le sport codifié, compétitif, avec le culte de la performance et les outils qui vont avec est absurde.
    L’activité physique elle, est plus harmonieuse.
    Marcher, courir dans la nature, « regarde les fleurs des champs », respirer le soleil et capter le souffle de la terre valent toutes les salles de sport pour développer l’articulation du physique et de l’âme.
    Et tout ça sans même passer par la case méditation programmée.
    C’est quand même plus joyeux, non ?

    Réponse
    • Jo

      Je valide donc l’activité physique, c’est mieux.
      Par contre, si notre chasseur cueilleur avait connu les voitures, les canapés, la télé et le supermarché, il aurait sans doute fait comme nous, il aurait pris son véhicule pour aller acheter de la nourriture transformée, à réchauffer dans le micro ondes.

      Réponse
  5. La Baladine

    Je refuse d’être connectée en permanence, et mon téléphone ne me sert qu’à téléphoner. Mais je me sers de mes jambes le plus possible, pour marcher, danser (je mets la musique à fond et vas-y que je m’éclate), et pour grimper les escaliers, snobant sans vergogne les escalators et autres ascenseurs. Le nombre de fois où je me suis trouvée toute seule sur un escalier pendant que la foule s’entassait sur l’escalator voisin! 😀
    Et ma foi, tout va bien! 😉

    Réponse
    • Jo

      Enfin une rebelle ! Et qui s’en porte plutôt mieux.
      Alors, en marche ! Avec ou sans Macron, au choix.

      Réponse
  6. matchingpoints

    A l’heure de dépendance de tous ces appareils, un peu de liberté peut être salutaire ! Une promenade c’est pour le plaisir qui est inéstimable !

    Réponse
    • Jo

      En lisant les commentaires, j’ai l’impression que ce genre d’appli ne séduit pas les quinquas et +.
      Question de génération, sans doute.

      Réponse
  7. Nadine jai50ansetapres

    J’ai jamais utilisé, j’ai essayé Runstatic mais j’oubliais de le mettre en route quand je partais, quand je faisais une pause ou quand je rentrais j’oubliais de l’éteindre, bref c’était pas pour moi. Bonne journée

    Réponse
    • VIGUIER Christiane

      Moi aussi j’ai runstatic et même pb, j’oublie de l’éteindre chez moi ou de l’allumer en rando…

      Réponse
      • Jo

        C’est bien le problème. Moi aussi, je n’avais pas le réflexe de mettre en route ou d’arrêter.
        Encore un truc pour encombrer l’esprit, ça suffit !

        Réponse
  8. Schmidt Catherine

    Moi le l’ai et je ne la regarde que si je me sens vraiment crevée à la fin de la journée….
    je dois dire que j’oublie mon portable quasi systématiquement et je déteste vivre avec un fil à la patte !

    Réponse
    • Jo

      Tout pareil, je ne veux pas avoir mon portable en permanence avec moi.
      Dans ce cas, pas la peine d’installer l’appli, le résultat sera faux à la fin de la journée.

      Réponse
  9. ellea40ans - stephanie

    Je suis d’accord avec toi les chiffres ne sont pas nos amis. Ils sont stressants et souvent décourageants alors que les petits fleurs des champs…

    Réponse
    • Jo

      Le pire, avec cette appli, ce sont les calories dépensées qui s’affichent. C’est démoralisant de voir qu’il faut marcher plus d’une heure pour éliminer 2 ou 3 petits gâteaux.
      Je préfère me concentrer sur le chant des oiseaux et les fleurs de champs.

      Réponse
  10. Solange

    CC Jo,
    Tu n’as pas tord moi aussi j’ai désinstallée l’appli du téléphone trop contraignant, par contre j’ai ma montre qui compte les pas et je la trouve pratique!
    Bonne ballade,
    Bises

    Réponse
    • Jo

      Toutes ces applis, séduisantes au début, sont souvent décevantes sur le long terme.
      Comme tout le monde, j’installe des choses qui ne servent pas à grand chose et dont on peut très bien se passer.
      Maintenant, je parle en heures, pas en nombre de pas.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.