Voyage dans le passé

Un week-end de 4 jours, c’est un alibi parfait pour une balade. Cette année, nous avons choisi de remonter le temps. Monsieur JST et ses amis ont décidé d’aller dans les Hautes-Alpes, là où ils ont fait leurs armes de moniteurs de colonie de vacances. De 1976 à 1980, ils ont passé  les vacances d ‘hiver et d’été dans cet endroit magique, selon eux. Un couple s’est formé, ils sont là aujourd’hui.

Je ne connais pas la région, je les accompagne et tout au long du trajet, ils racontent les anecdotes, ils décrivent des endroits,  la neige, les lacs, les rivières …

Le premier jour, nous partons à la découverte du ‘fameux’ chalet. Nous passons devant des stations désertes, les bâtiments ont les volets clos, les pancartes A VENDRE sont partout. Ici, une aire de jeux à l’abandon, plus loin des commerces fermés depuis longtemps au vu des vitres sales et des empilements d’objets hétéroclites à l’intérieur. Seule preuve de vie, quelques touristes, comme nous, bien contents de trouver un café ouvert.

Les chemins de traverse nous ont mené à un grand bâtiment

Hors des clous, hors du monde, il est là.

Mes amis et mon mari en font le tour, en commentant : les chambres, les douches, les salles de loisirs, le labo photo.

Il m’est difficile de capter l’émotion des lieux. Pour moi, c’est un grand chalet qui aurait besoin d’un bon coup de peinture.

Pour eux, ce sont des images, des bruits,  des enfants qui jouent, qui crient, des moments inoubliables.

Le lendemain, nous avons rendez-vous avec le directeur de la colo.

Ils se retrouvent, presque 40 ans plus tard.

Tout le monde a changé. Les gamins moniteurs sont devenus des adultes, des quinquas, ils ont des cheveux gris. Le directeur les regarde en souriant. Lui et sa femme sont à la retraite depuis longtemps. Ils sont restés très actifs mais se déplacent de moins en moins. Leurs  petits enfants font leur fierté.

La colo, c’était un hasard pour eux. A l’époque, on ne demandait pas de diplômes, juste un sens de la ‘débrouille’, une réactivité. Tous les deux, ils ont appris sur le tas, comme on dit. Et ce travail leur plaisait. Ils citent des noms – Et Michel, quelqu’un a des nouvelles ? Et la fille de Rouen, celle qui était au service cuisine, elle s’appelait comment déjà ?

Les retrouvailles se font dans la joie. Ils parlent de leurs galères, de la difficulté d’avoir un commerce, de la neige qui tombe de moins en moins, de tous ces bâtiments en ruine …

Certes, il y a l’air pur, le bon air des montages

Mais ça ne suffit plus. Il manque des usines, du travail tout simplement.

Ils ont résumé leur vie en deux ou trois heures. Les lieux idéalisés ont changé mais les souvenirs sont intacts. On fait quelques photos, on se promet de s’écrire pour les vœux, comme chaque année. Chacun sait que c’est la dernière fois que la rencontre a lieu. On se force à sourire pour se dire au revoir, on parle de demain. Oui demain, retour au lac de Serre-Ponçon, là où ils ont appris à faire de la planche à voile.

7 Commentaires

  1. La Baladine

    La vie est un déjeuner de soleil… Ça file à une vitesse!

    Alicante, tu dis? Veinarde!

    🙂

    Réponse
  2. chiffonsandco

    je ne suis jamais retournée dans des endroits du passé, d’ailleurs, je fais rarement de retour en arrière : c’est pas trop mon truc!

    Réponse
    • Jo

      là, ça faisait plaisir à cette bande de copains et ils ont apprécié de revoir leur directeur. Moi non plus, le passé c’est pas trop mon truc

      Réponse
  3. nadine pavard

    C’est important de se remémorer les souvenirs, j’ai beaucoup de plaisir à discuter avec mon amie d’enfance, dernièrement j’ai retrouvé une ancienne voisine de mon quartier et c’est un lien qui nous unit, qui nous faire rire, c’est du baume au coeur sans nostalgie, c’était avant, chaque temps a ses bonheurs et ses joies et ses peines. Il a du etre heureux ton mari de vivre ces 4 jours.

    Réponse
    • Jo

      C’est vrai, avec les amis d’enfance, on a des liens particuliers, plus solides. C’est sympa de parler du bon vieux temps. Oui, mon mari et ses amis ont passé un super week-end.

      Réponse
  4. Janachète

    C’est émouvant ces retrouvailles car ça fait remonter tous les souvenirs de jeunesse.
    Il y a déjà quelques années on avait fait lecrepas des terminales de l’époque.
    Presque 35 ans après, ça fait drôle.
    On a bien ri et on s’est promis de se revoir .
    Il y a eu des décès depuis .
    Ca me rend triste car plus de suite bien sûr. ..
    C’est la vie !
    Bises !

    Réponse
    • Jo

      Les repas d’anciens élèves, c’est la jeunesse qui revient, comme un boomerang. On se promet de se revoir, on est sincère sur l’instant et la vie fait que non, on ne donne pas suite. Je crois qu’il ne faut pas s’accrocher au passé, ceux qui le font sont déçus. Là, c’était un joli moment pour mon mari et mes amis, une étape pour leur montrer que non, ils ne sont plus ces jeunes gens insouciants et que le décor autour du chalet a bien changé.
      Bon, c’est pas tout, je travaille ce matin et je finis ma valise, départ vers Alicante. Bises

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.