Ces robots qui détruisent nos emplois.

 

Nous avons tous des exemples autour de nous. Une de mes nièces, technicienne de laboratoire, va voir son poste supprimé. Un robot est capable de faire des analyses à sa place.

De tous temps, les machines ont remplacé les hommes.

  • Les premières grues, au temps des romains, ont révolutionné la construction. Pourtant, certains empereurs refusaient leur utilisation pour ne pas priver le peuple de travail.
  • Quand Gutenberg inventa l’imprimerie, un ouvrier imprimeur mettait au chômage 200 copistes.
  • Les canuts, à Lyon, ont vu d’un très mauvais œil l’automatisation du tissage. Les machines remplaçaient les hommes.
  • Bernadette Chirac a lutté, elle aussi, contre l’automatisation. A l’Elysée, elle a interdit l’utilisation d’engins motorisés dans les jardins, forçant ainsi les ouvriers à utiliser pelles et brouettes ( Non, c’est un mauvais exemple, c’était un caprice de la dame qui ne voulait pas de bruit)

On a toujours fabriqué des outils, des machines, pour alléger le travail.

Quand un secteur s’automatise, sa productivité augmente et les salariés chargés des procédures, du contrôle, sont mieux payés.

Les nouvelles technologies créent plus d’emplois qu’elles n’en suppriment.

Souvent, l’emploi ne disparaît pas, il évolue, il s’adapte. Les hommes se posent toujours des questions auxquelles les machines ne pensent pas.

Le robot peut soulager les travailleurs mais il ne pourra jamais s’occuper d’un bébé, d’un malade. Tout ce qui demande un peu de pédagogie, ce qui touche à la morale, les métiers créatifs, l’art, ce n’est pas à sa portée. Une machine n’a pas le sens de l’humour, non plus.

Les robots vont prendre quelques emplois mais ils n’auront jamais le pouvoir

Avons nous un avenir, pouvons nous vivre avec les robots ?

Oui, nous avons tous un mini robot, notre téléphone. Les applications nous rendent la vie plus facile.

Oui, s’ils assurent les tâches pénibles, s’ils peuvent répondre à nos besoins. C’est ce que font déjà notre lave-vaisselle et lave-linge, par exemple. La voiture autonome sera aussi une révolution.

Pour nous, qui arrivons dans le troisième âge, la domotique occupera bientôt une place fondamentale dans notre vie. Au lieu de finir nos jours dans des maisons de retraite, nous pourrons rester plus longtemps chez nous, en toute sécurité. En acceptant capteurs et caméras, la moindre anomalie sera signalée. L’algorithme pourra même nous suggérer des menus, nous rappeler l’heure de prise d’un comprimé, gérer l’arrosage de notre plante préférée et la température des pièces.

Faire ami-ami avec un robot, impensable hier ! C’est une évolution sociétale majeure.

 

Photo à la une :  Designed by Freepik

35 Commentaires

  1. Sylvie Enfin moi

    Je me demande toujours si les gens s’en aperçoivent !
    Même la SNCF s’y met
    Bisous

    Réponse
    • Jo

      Et les banques, c’est pareil. Dans quelques années, il n’y aura plus de guichet, tout se fera en ligne. Nos parents vont encore à la banque, ils ont besoin d’un contact. Nous, on fait tout en ligne. Et pareil pour les agences de voyage, elles disparaissent. Tout fout le camp ! Je te souhaite une belle semaine. bises

      Réponse
  2. chiffonsandco

    je suis pour le modernisme et la technologie tant que cela sert l’homme, pas quand cela agit contre lui !

    Réponse
    • Jo

      Moi, je ne suis pas contre une piqûre d’intelligence artificielle. Avec ça, je comprendrai peut être ce que dit BHL.

      Réponse
      • Visiteuse

        Bof, BHL et ses tartes à la crème me laisse indifférente. Le positif le concernant, c’est qu’il fait au moins marcher le commerce des pâtisseries.

        Non; mon vœu secret ce serait plutôt « Lucky Mac » que j’aimerais comprendre à coup d’injections. Sa pensée trop complexe me fait des nœuds dans la cabeza.
        J’en conclus par sa Faute ! Que je ne suis pas assez intelligente…
        Or, le fond du problème réside dans le « pas assez », car si on n’a qu’une moitié d’intelligence, quelque soit cette moitié, c’est toujours l’autre qui fait défaut au moment clé…
        La preuve ! Il n’aurait pas été élu si les concitoyens avaient possédé la totalité de leurs facultés.
        Mais sur ce coup et en toute modestie, je me targue de n’y être pour rien…

        Réponse
        • Jo

          Mais c’est qui Lucky Mac, on dirait le nom d’une call-girl !

          Réponse
  3. Black sapes

    Ça doit être ça le progrès !
    Bises

    Réponse
    • Jo

      et ça va vite. Un jean troué ne suffit plus pour avoir l’air jeune, il faut maîtriser les nouvelles technologies … et ça, c’est pas gagné.

      Réponse
  4. Janachète

    La vie change et évolue.
    Les robots se multiplient certes mais les jeunes sont nés avec et ont une faculté d’adaptation, de virage à 180° qui me surprend et que nous n’avions pas.
    Donc non ce n’est pas ce qui m’inquiète le plus aujourd’hui.
    J’y vois plutôt le côté positif qui nous rend bien service.
    Article intéressant encore une fois !
    Bises .

    Réponse
    • Jo

      Tu imagines, quand on sera ‘vieilles’, on aura un robot majordome qui s’occupera de nous, qui ouvrira les volets, qui réglera le chauffage, nous lira les billets de blog de nos copines. Son algorithme choisira une musique, un film pour nous distraire.
      D’ici là, j’espère que les ‘monte-escalier’ et déambulateurs auront disparu, parce que ça, c’est le début de la fin !

      Réponse
      • Visiteuse

        Mais bien sûr que déambulateurs et « monte escaliers » auront disparu de nos doux univers !
        Nous serons aug-men-tés, à nous puces, implants et autres joyeusetés des nano-technologies.
        Nous allons devenir bionics : des Super Jaimie et des Steve Austin en puissance !
        Merci qui ? Merci aux transhumanistes qui nous feront durer 120 – 150, voire soyons fous, 300 ans de vie terrestre. Du coup, on n’est pas prêt de prendre notre retraite, ça non !!!
        Et qui sera maxi content avec tout ça ? L’URSSAF pardi ! Arf 🙂

        Réponse
  5. Sophie

    Un article documenté (surtout pour Mme Chirac !! 🙂 ) et surtout qui tord le cou au fait que l’on dise toujours qu’il s’agit du mal de notre époque cette prise en main des emplois par les robots. Non rien n’est nouveau, ce sont des cycles, l’homme s’adapte, c’est bien le propre de l’homme et pas forcément du robot.

    Réponse
    • Jo

      Effectivement, si nous sommes ‘bichonnés’ par un robot, ce sera mieux que de vieillir tout seul dans une chambre. Dans les relations actuelles, les personnes très âgées sont prises en charge par des personnes payées au SMIC, qui font ce travail par défaut. Du coup, les deux perdent leur dignité dans cette affaire.
      Pour Bernadette, j’avais lu cet article en cherchant des exemples de son caractère difficile. C’est hallucinant ! Elle se prenait pour une reine, une impératrice, même !

      Réponse
  6. Anne-Marie

    Article intéressant! Sur un thème similaire, je regarde en ce moment là série « Black mirror », géniale. Ça parle des dérivés du 2.0 et des réseaux sociaux 🙂

    Réponse
    • Jo

      Merci de l’info. Je note cette série pour les longues soirées d’hiver

      Réponse
  7. La Baladine

    A voir, Blade Runner 2049… Ou quand les rapports humains disparaissent au profit des relations virtuelles… Entre autres.

    Réponse
  8. matchingpoints

    Tant d’inventions ont accompagné l’homme. Inquiétantes au départ, elles ont amélioré le quotidien pour de travaux pénibles. En ce moment nous assistons à une robotisation qui non seulement améliore mais supprime. Alors il faut s’adapter, renouveler et surtout se renouveler. Les jeunes doivent apprendre à s’adapter, rien ne sera acquis.

    Réponse
    • Jo

      Si les jeunes ont un bon niveau d’études, ils n’ont pas de difficultés pour s’adapter au changement. Nos grands parents restaient dans la même entreprise toute leur vie. Nous, nous avons changé de poste, mais c’était le plus souvent contraints et forcés, à la suite d’un licenciement. La nouvelle génération zappe dans tous les domaines, y compris le travail. Ils sont en demande de changement et de nouveauté. Eh bien, ils vont être servis, On dit que pour un enfant qui naît aujourd’hui, les métiers ne sont pas encore inventés;

      Réponse
  9. nadine pavard

    Oui beaucoup de nouveaux métiers, la main-d’oeuvre se modifie. les petites mains ne sont plus au même endroit. Mais le fait est que ca supprime plus d’emplois que ca n’en crée, voir le nombre de chomeurs !

    Réponse
    • Visiteuse

      Le chômage de masse en France n’est certes pas lié à la robotisation puisque elle est très en retard en la matière. La dernière étude de 2015 de « l’IFR (la Fédération internationale de robotique), dénombrait 127 robots pour 10 000 salariés dans le secteur manufacturier en France, ce qui plaçait le pays au 14ᵉ rang mondial, très loin derrière les leaders européens (Suède, Danemark, Allemagne), eux-mêmes loin des chiffres observables dans les pays développés asiatiques (Corée du Sud, Singapour, Japon) ».
      L’Allemagne a un taux de 5,7% de chômeurs Le Danemark : 4,3%, la Suède : 6,8%
      En Gauloisie pas loin de 10% . Cherchez l’erreur !

      Réponse
    • Jo

      ça vient aussi du fait qu’il manque du monde dans certaines filières et que ça se bouscule dans d’autres. Il va falloir ‘repenser’ notre façon de vivre et de travailler. Et surtout, fini la routine et 2 formations en 40 ans. La formation, c’est la clé pour s’adapter.
      Dans les grandes villes, ce sera facile, on trouvera facilement de quoi se former. Dans les petites villes, comme chez moi, les formations sont rares et très ciblées.

      Réponse
      • Visiteuse

        Pour vous remettre dans le bain de l’apprentissage, avez-vous pensé aux MOOC ?
        Pour ma part j’en ai suivi 2 : 1 par le groupe Orange gratuit et certifiant,
        1 second par COURSERA : 60 € environ également certifiant.
        Les cours étaient de très grande qualité et bien construits.
        Maintenant, il faut trouver s’il existe, celui qui correspond à votre projet.
        Voilà par exemple une plateforme qui en propose : https://www.fun-mooc.fr/cours/#filter/availability/start-soon?page=1&rpp=50
        J’ai bien envie de m’inscrire au MOOC d’anglais.

        Réponse
        • Jo

          oui, c’est un enseignement de qualité. Je garde précieusement tous les liens indiqués par les blogueuses. Pour l’instant, je prépare un bilan de compétences qui, selon l’organisme de formation, me permettra d’affiner un projet.
          Sinon, ce matin mon mari me disait, en écoutant les infos – On cherche des routiers, ça t’intéresse ? Il est vrai que je conduis ma Panda comme un 35 tonnes, il me faut 2 places pour faire un créneau

          Réponse
          • Visiteuse

            ahaha – excellent !
            banco pour la routière mais à lui toutes les tâches ménagères pendant que Madame sera sur les routes !
            Moi les crénaux j’évite à Donf, idem les marches arrières.
            Toujours tout droit et pas de regrets. : ce qui n’est pas le meilleur moyen d’arriver à l’heure, mais je m’en fous l’important c’est de bien arriver, non mais !

            Réponse
  10. Daphné @ Be Frenchie

    En lisant ton article, je pense bien sûr à la série Real Humans, sur Arte – que j’ai vite arrêtée de regarder d’ailleurs, tellement elle me mettait mal à l’aise. J’ai aussi envie de lier cette évolution technologique au développement du tourisme, qui est quand même désormais la première industrie dans le monde. N’est-ce pas tout simplement fou ? On vit une révolution, accentuée par le fait qu’on est arrivés au bout de nos possibilités d’exploitation d’énergie fossile. C’est assez fascinant, et parfois effrayant. Mais quand je vois déjà le fossé générationnel entre moi et mes enfants, je me dit que nous n’avons n’en sommes encore qu’au début.

    Réponse
    • Jo

      C’est vrai, le fossé générationnel va devenir un ‘gouffre’ générationnel. En tout cas, les métiers de demain sont à inventer. il ne faut pas avoir peur du progrès, mais c’est comme tout, il faut savoir le manier avec précaution. De toute façon, les lavandières et les allumeurs de réverbère ont disparu et ça ne manque à personne.

      Réponse
      • Visiteuse

        Les jeunes diplômés eux, sont déjà paramétrés autrement et ce n’est pas trop tôt !.

        Quand j’ai commencé à bosser, je trouvais déjà absurde le CDI, le code du travail et par-dessus tout, les offres d’emploi aux contenus pour tout dire assez chiants.
        Dans ma tête je me disais :hey Boss ! Tu ne me donnes carrément pas envie de vendre mes services là !
        C’est dire qu’à mes débuts j’ai zappé d’une boite à l’autre.
        Quant aux questions de personnalité absurdes, un jour on m’a demandé à quel animal je pourrais m’identifier : spontanément, j’ai répondu le papillon… Ils m’ont embauchée quand même les cons ! Je suis partie 6 mois après.

        J’ai toujours été en décalage avec la société et même les patrons car au fond de moi, je suis viscéralement libérale impliquant avant tout conscience et responsabilité.
        Cela m’a réussi moyennement car « On a toujours tort d’avoir raison trop tôt » disait Edgar Faure.
        Anybref, quand j’entends cette délicieuse et intelligente Emmanuelle DUEZ, je me dis que je suis vraiment née trop tôt… :

        Réponse
        • Jo

          Intéressante, Emmanuelle Duez, mais impossible à appliquer, du moins dans les petites entreprises que je connais car le ‘Patron’ veut garder son autorité et ne délègue rien. Le communisme, c’est un peu ça aussi, de belles idées sur le papier, impossibles à mettre en place dans une société.

          Réponse
  11. Solange

    Ton article me fait penser à Terminator, espérons ne pas en arriver là!!!
    Et oui les robots sont indispensables mais il faut des personnes pour les créer et les réparer en fait les métiers changent tout simplement?
    Bonne journée,

    bises

    Réponse
    • Jo

      Les métiers que feront nos petits enfants ne sont pas encore inventés. Avant, il était commun de voir trois générations faire le même métier. Maintenant, c’est impossible. Si un gosse dit, je veux être mécanicien comme papa, il faudrait lui dire – Non, quand tu seras grand, le métier n’existera plus. Et c’est vrai, on suppose que les machines détecteront les pannes et que les programmateurs n’auront jamais les mains dans le cambouis.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *