Le rêve américain

En évoquant la Californie, on pense à la conquête de l’Ouest, à la ruée vers l’or et à tous ces hommes qui ont fait fortune.

Ils sont venus tenter leur chance depuis l’Australie, l’Europe ou l’Asie. Beaucoup d’américains ont également eu l’envie d’approcher cette terre promise.

Ainsi, de pauvres bougres ont décidé un beau matin d’embarquer leur tribu pour ce voyage sans retour. Il fallait une bonne dose d’inconscience.

On a vu ça dans les films, on les imagine, comme la famille Ingalls. Ils ont quelques chevaux, une mule, des provisions pour six mois et ils récupèrent l’eau de pluie sur la toile de leur chariot. Ils partent pleins d’espoir et font des prières pour que tout se passe bien.

Mais c’est souvent un voyage vers l’enfer. Il suffit d’un essieu cassé pour que la famille se retrouve bloquée au milieu de nulle part, au risque de se faire attaquer par les animaux sauvages ou les indiens. Beaucoup meurent d’épuisement, de maladie. Il faut du courage pour affronter les plaines arides ou gravir les montagnes de la Sierra Nevada, dans le froid.

Pour ceux qui arrivent en Californie, la galère continue. Les prix flambent pour trouver un terrain de prospection, se procurer des outils et se nourrir. En fait, ce sont surtout les propriétaires qui ont fait fortune en louant leurs terres.

Sur 300 000 hommes, environ 300  vont devenir riches. Et pour ceux-là, c’est le jackpot !

C’est le cliché de l’américains arrogant, des dollars plein les poches.

En trois générations, la Californie se transforme et devient le cœur économique de l’Amérique. Peu à peu, les forêts disparaissent au profit de terres fertiles. Le commerce se développe grâce au bateau à vapeur, puis aux lignes ferroviaires.  L’américain est courageux, il trouve du travail dans les grands chantiers de construction, le pétrole,  les usines, dans l’industrie de pointe comme l’aéronautique, dans le cinéma, l’art et maintenant les nouvelles technologies.  Son niveau de vie augmente : bon salaire, grande maison, plusieurs voitures.

Los Angeles est la ville qui connaît le plus grand étalement urbain.

C’est une terre de contraste. L’Ouest, c’est aussi les grands espaces. Là où les cowboys ont gardé les troupeaux, dans ces territoires magiques si bien filmés dans les westerns.

Cow-boy Ouest américain

Cow-boy Ouest américain

Savez-vous comment ce personnage mythique a disparu ? Tout simplement avec l’invention du fil de fer barbelé qui a permis le développement d’immenses ranchs. C’était le début de la propriété individuelle.

Comme quoi, un détail peut changer des vies !

Je suis fascinée par ce pays, j’aime observer ses mutations et le voir de plus près permet de mieux le comprendre.

L’Amérique a toujours eu des rêves de grandeur. Elle a pris des coups mais se relève et se réinvente tout le temps.

Désert Etats Unis

Désert Etats Unis

20 Commentaires

  1. mistigriffe

    Dans le genre ; un livre super : « Le fils », de Ph Meyer.

    Réponse
    • Jo

      Je ne connaissais pas ce livre. J’ai regardé les critiques et je vais le noter pour mes prochaines vacances. C’est très gentil de me l’avoir conseillé

      Réponse
    • Jo

      En fait, je me serais bien passée de ce petit lift, comme tu dis. J’ai perdu mon ancien blog, celui qui me l’avait créé n’a pas jugé bon de me réabonner et ne m’a pas donné les mots de passe. J’ai trop fait confiance. Cette fois, je gère toute seule et j’ai fait le blog avec WordPress. Je vais l’améliorer au fil du temps.

      Réponse
  2. chiffonsmacarons

    ouf, j’ai enfin retrouvé ton blog,
    J’aime bien la présentation, j’ai de quoi lire afin de rattraper mon retard

    Pour moi un petit problème : je lis difficilement l’orange sur le bleu, exemple quand je vais dans mes billets.
    Mais j’ai peut être un problème avec ma vue

    Je repasse très vite

    Réponse
    • Jo

      Désolée pour les couleurs. En fait, je voulais changer un peu, marre du pastel, du gris, du rose. Je trouve que tous les blogs se ressemblent. Je laisse vivre le blog en l’état pour quelques mois parce que c’était déjà compliqué de tout mettre en place. Mais je pense revenir à quelque chose de plus sobre, un de ces jours.
      Bonne lecture.

      Réponse
  3. Daphné @ Be Frenchie

    La ruée vers l’or m’évoque toujours ce merveilleux film de Chaplin, mais aussi la si délicate chanson d’Arthur H, « le chercheur d’or », et les terres sauvages de Nouvelle-Zélande, la dernière grande ruée vers l’or du 19ème siècle.

    Sais-tu Jo que le plan de San Franciso a été fait en a peine plus d’une nuit, dans l’urgence de l’arrivée de ces migrants venus chercher fortune ?

    Réponse
    • Jo

      Je ne connaissais pas cette chanson d’Arthur H, elle est très belle. Je l’ai vu en concert à Brive l’année dernière avec la famille Chedid. J’avais adoré. Du coup, je vais l’écouter un peu plus.
      Je ne savais pas que le plan de San Francisco a été fait si rapidement, mais ça ne m’étonne pas. Ces américains ont un pouvoir de travail et d’adaptation insensé. Mais le rêve américain a aussi sa part d’ombre, quand ils ont fait des réserves pour les indiens, les privant de leurs terres et de leur culture. C’est pas très glorieux.

      Réponse
      • Daphné @ Be Frenchie

        Cette chanson me bouleverse à chaque fois.

        Je crois que c’est en partie pour ça que l’épopée des chercheurs d’or partis vers la Nouvelle-Zélande dans la dernière grande vague me plait encore plus. Aujroud’hui cette société est plus brassée et respectueuse de son héritage maori. Et sûrement aussi parce que j’ai trouvé des paillettes d’or dans l’île du Sud ( enfin, même pas de quoi m’acheter une glace mais ce plaisir n’avait pas de prix ).

        Réponse
        • Jo

          Ah j’ai compris, dans un coin de ta tête, tu rêves de trouver de l’or, des paillettes.
          Kim aussi cherchait des paillettes, elle en avait un sacré tas dans sa chambre d’hôtel.
          A croire que c’était l’info la plus importante hier. Kim cherchait l’or à sa façon, comme au temps des pionniers.
          Elle est partie de rien et arrive à pas grand chose. C’est ça le rêve américain aujourd’hui.

          Réponse
  4. Janachète

    Ca fait toujours autant rêver ce pays ce n’est pas qu’une légende !
    Tes photos donnent envie …
    Merci pour ce partage
    Bisous Jo !

    Réponse
    • Jo

      Les paysages sont superbes et ces couleurs ocre avec le ciel bleu, c’était tellement inattendu. En étant sur place, on imagine la galère pour traverser et rejoindre le pacifique.

      Réponse
  5. Themouse

    C’est vrai que lorsque l’on a vu sur place… on comprend mieux l’histoire!!!

    Réponse
    • Jo

      Oui, on comprend que c’est grandiose ces paysages. Mais on se demande aussi comment ils ont construit tout ça en 250 ans. Faire des villes, des routes, acheminer l’eau. Et maintenant, ils révolutionnent nos vies avec tous les cerveaux qui travaillent dans le numérique. Ils sont fous ces américains, fous et géniaux.

      Réponse
  6. Visiteuse

    Merci de nous restituer peu à peu votre périple.

    La côte Ouest , la Louisiane (grâce à Maurice Denuzière) sont les endroits avec le Japon qu’un jour (prochain j’espère) je souhaite découvrir.
    En attendant, je fais ces voyages immobiles grâce à vous et les road movies.
    D’ailleurs, il y a un film américain dans le genre vu il y a très longtemps mais impossible de me souvenir du titre et des actrices. Il s’agissait de 3 ou 4 amies faisant un road trip sur la côte Ouest en cadillac décapotable (rose il me semble) et dont l’une d’elle est atteinte de cancer.
    Dans mon souvenir, pas de pathos inutile. Juste une belle histoire d’amitié et de vie sur fond de paysages grandioses.
    Peut-être que vous ou l’une de vos lectrices pourrez me donner le titre ; j’aimerai le revoir.

    Sinon, quel est le lieu, personne ou situation qui vous aura le plus marqué dans votre voyage ?

    Réponse
    • Jo

      Moi aussi, pendant des années j’ai fait des voyages immobiles. Nous avons la chance d’avoir la même passion, mon mari et moi, pour ce pays. Ce que j’ai aimé, TOUT, absolument TOUT. Juste un bémol pour Las Vegas, mais ça permet de comprendre que les américains sont de grands enfants. Le coup de cœur reste San Francisco.
      Je ne vois pas du tout de quel film vous parlez, mais ça m’intéresse aussi, ça changerait de Depardieu qui transpire et qui souffle.
      Ma fille a fait son voyage de noces au Japon, avec un petit groupe de 8 personnes. C’était très bien organisé. Si vous avez besoin, je vous donnerai l’adresse. Ils ont aimé ce mélange de rituels et de modernité.

      Réponse
      • Visiteuse

        Merci beaucoup. Je saurai m’en souvenir le jour venu.

        Réponse
        • Jo

          Un blog, c’est aussi pour se passer des infos. C’est un peu le but aussi, au milieu des bêtises que j’écris.
          Bonne journée

          Réponse
  7. matchingpoints

    Il parait que la véritable histoire des cowboys n’aurait duré qu’une vingtaine d’années – si peu de temps pour tant de « gloire » !

    Réponse
    • Jo

      Tout se passe si vite dans ce pays. La ruée vers l’or, c’est 5 ou 6 ans. On a l’impression que c’est une période longue car les films sont nombreux à traiter ce sujet.
      Les américains, ils sont efficaces, ils se donnent les moyens d’atteindre leurs buts. Mais on pourrait parler des indiens, du racisme, tout n’est pas si rose mais c’est intéressant à observer.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez mes articles en vous abonnant