Ange ou démon.

 

Nous avons tous rêvé d’avoir des enfants polis, gentils et obéissants. Pourtant, au quotidien, il faut sans cesse répéter  « Tu te calmes ! » ou  « Ne touche à rien! » ou encore « Fais attention ! », la liste est longue … C’est épuisant.

Prenons l’exemple d’un enfant qui devient un petit démon :

  • En semaine, il rechigne à quitter son lit pour aller à l’école. Le week-end, il se lève à 6 heures du matin et joue avec tout ce qui peut faire du bruit.
  • Il transforme la salle de bain en piscine, ne rebouche aucun tube ou flacon, nettoie le trou du lavabo avec la brosse à dents de son frère et marche sur sa serviette en sortant.
  • Il a faim, il a toujours faim. Il mange des bonbons à n’importe quelle heure et refuse les fruits et les légumes, à table.
  • Sa chambre est un véritable capharnaüm et il sème le désordre dans toutes les pièces ou il passe.
  • Il ne met jamais rien dans le panier à linge et ses vêtements de sport moisissent au fond de son sac. Il accroche, déchire, fait des taches sur ses pulls et on ne parle pas des chaussures qui reviennent dans un état désastreux, 3 jours après l’achat.
  • Il dit toujours – Non, pas tout de suite ! ou – Oui, j’ai fait mes devoirs !
  • Et il boude, crie à l’injustice et dit parfois qu’il est le plus malheureux du monde.

Ce démon sait pourtant devenir un ange, un enfant tellement mignon … A la crèche, chez la nounou, chez les grands-parents ou chez son meilleur copain.

J’ai, moi aussi, remarqué ce changement de comportement chez Mathilde. A la maison, tout se passe bien et dès que ses parents arrivent, elle ‘chouine’, comme on dit chez nous.

Les parents éduquent leur enfant et ce sont les grands-parents ou les amis qui en récoltent les lauriers !

J’ai cherché quelques explications, je voulais comprendre.

les parents sont obligés de donner des ordres pour respecter les horaires de l’école, des activités, des devoirs, des repas, de la douche … Dans ce cas, pas de place pour les caprices qui font perdre un temps précieux.

Les grands-parents sont disponibles, ils ne distribuent pas un ‘amour fractionné’ par un emploi du temps surchargé. Souvent, ils ont préparé le repas la veille et les journées avec les petits-enfants se déroulent dans le calme, à un rythme moins soutenu.

Chez eux ou chez des amis, l’enfant ne fait pas de caprices, ne saute pas sur le canapé et ne dit pas de ‘gros mots’ car il sait très bien que c’est interdit.

Quand les parents arrivent, c’est pour s’entendre dire :

 – Avec moi, c’est un amour ! On ne l’entend pas. Il n’a fait aucune difficulté pour manger, ni pour faire la sieste.

C’est un coup de massue pour les parents qui culpabilisent, mettent en doute leurs principes d’éducation et se disent – Mais pourquoi est-il aussi gentil chez les autres et insolent à la maison ?

Parce que l’enfant a très bien compris qu’il faut être poli, gentil, à l’école, chez Mamie, chez un copain. Il accumule des moments de joie mais aussi des tensions, de la fatigue, qu’il ne s’autorise pas à exprimer.

A peine arrivé à la maison, il devient infernal, pleure sans raison. En fait, c’est sa façon de se libérer des frustrations accumulées au cours de la journée. il a encore le poids des stimulations, des moments de joie et de tristesse.  Comme une cocotte-minute, il a besoin de ‘faire sauter la soupape’.

Il ne faut surtout pas crier, il faut lui laisser ce moment pour se défouler et être à l’écoute, garder le lien, attendre patiemment que ça passe. Plus facile à dire qu’à faire !

L’enfant garde le pire pour ses parents et donne le meilleur aux autres.

Il faut l’accepter. Nous aussi, nous accumulons parfois un stress important, au cours de nos journées de travail. Nous aussi, nous cherchons un défouloir.  Le soir, en arrivant à la maison, on laisse parler sa mauvaise humeur, on est grognon, boudeur. ça nous arrive à tous. C’est le même principe.

En résumé, il faut laisser l’enfant exprimer ses joies, ses colères, en rentrant à la maison. Mais il faut vite redresser la barre et répéter – Range ta chambre ! Fais tes devoirs ! Tiens toi droit ! , toutes ces phrases qui en feront un enfant bien élevé.

 

Photo à la une : Designed by Freepik

16 Commentaires

  1. Valerie

    Bravo tu as tout dit c’est exactement ce qui se passe avec les enfants quel qu’ils soient et c’est bien normal !
    J’ai Hate d’être grand-mère mais c’est pas gagné pour l’instant malgré le fait que j’ai quatre garçons !
    Belle journée
    Valerie
    50 ans et alors ? La vie est belle !

    Réponse
    • Jo

      En tout cas, tu seras une jolie grand mère et j’espère que tu auras au moins une petite fille pour lui transmettre tes ‘trésors’.

      Réponse
  2. Janachète

    J’ai souvent mes petits enfants 2 à 3 nuits par semaine.
    Mais chez moi il y a les mêmes règles que chez eux .
    Il arrive qu’ils se défoulent et fassent des caprices mais je n’ai pas trop de patience pour ça. Du coup on entre un peu en conflit .
    Mais en grandissant ils s’assagissent je trouve .
    De toute façon on les aime tels qu’ils sont !

    Réponse
    • Jo

      Pour l’instant, je n’ai pas de problèmes avec Mathilde. Le fait d’être seule évite les chamailleries entre frères et sœurs.
      C’est vrai qu’en grandissant, ça se calme. Ils ont de nouveaux centres d’intérêt et peuvent se concentrer plus longtemps.
      Et tu as bien résumé, on les aime tels qu’ils sont. Bon week-end.

      Réponse
  3. Chiffonsmacarons

    Souvent pour éviter des scènes quand les parents viennent récupérer les enfants, je fais de façon qu’ils soient tout prêt, les chaussures enfilées, c’est tout juste si je ne mets pas sur le bord du trottoir pour les enfourner dans la voiture quand les parents arrivent. Car à chaque fois , les parents sont énervés, pressés, et les enfants le sentent .

    Une autre solution c’est de raccompagner les enfants chez eux, ça se passe mieux

    C’est bête parce que ça me gâche la belle journée que j’ai passée avec eux
    Bonne fin de semaine

    Réponse
    • Jo

      Oui, c’est une bonne solution de tout préparer ou de les raccompagner. Tout ce qui peut éviter le stress est bon à prendre.
      Je comprends que ces pleurs en fin de journée peuvent anéantir tous ces jolis moments passés avec eux. En tout cas, nous avons de la chance de les voir souvent, de se fabriquer de jolis souvenirs.

      Réponse
  4. Sissi

    C’est marrant, j’ai lu un article à ce sujet récemment dans lequel on expliquait que l’enfant faisait le plus souvent des colères face à sa (ses) figure(s) d’attachement principale(s), en l’occurrence ses parents qui l’élèvent, quel dur métier ! Cela rejoint les propos de La Baladine.

    Réponse
    • Jo

      Pour écrire le billet, j’ai regardé un peu sur internet. En effet, beaucoup d’articles parlent de cette figure d’attachement, qui est souvent la maman. les enfants savent que leurs parents les aiment, ils s’autorisent donc caprices et colères, sachant que l’amour sera toujours là. A l’extérieur, ils font des efforts parce que Mamie peut toujours dire – Tu es infernal, tu resteras à la garderie ! et la maman du meilleur copain peut dire aussi – ils ont été terribles, je ne veux plus les garder !
      Les parents, eux, ne peuvent pas dire ces phrases.

      Réponse
  5. Beatrice

    Hi hi hi ça me rappelle l’époque où mon aînée me rendait chèvre à la maison et où j’étais fort surprise de m’entendre dire « Oh mais elle est adorable! » dès qu’elle allait à un anniversaire… (pas chez les grands-parents néanmoins, j’imagine qu’elle devait se sentir « trop à l’aise » chez eux comme à la maison et du coup … lol!

    Réponse
    • Jo

      On a tous connu ça. Avec moi, nos filles faisaient des caprices et des colères mais dès que mon mari arrivait, elles changeaient d’attitude. Il lui suffisait d’un regard et elles comprenaient qu’il ne fallait pas franchir la ligne. Bien pratique pour moi !
      Par contre, sa petite fille le mène par le bout du nez.

      Réponse
  6. matchingpoints

    Nous avons connu le stade 1 (être parents) et maintenant nous sommes au stade 2 (nous sommes les grand-parents) ! A chacun son tour, mais il faut être adroits avec les parents et garder une ligne de conduite avec les enfants !

    Réponse
    • Jo

      C’est certain, il faut être cohérent, s’adapter à l’éducation des parents. Ce qui est interdit chez eux doit l’être chez nous aussi.
      Mais on peut désobéir un peu. A la maison, Mathilde prend des bains pendant plus d’une heure (il suffit simplement de rajouter un peu d’eau chaude) et elle se déguise, se maquille.
      Elle sait très bien que chez elle, le bain doit être rapide, il faut aller vite pour tout faire entre le moment où elle sort de l’école et le coucher.

      Réponse
  7. La Baladine

    Bien vu! Ce sont les parents qui éduquent, qui posent les bases, les limites, qui enseignent la frustration indispensable pour ne pas faire de l’enfant un tyran immédiat, et futur! C’est aussi chez les parents que l’enfant trouve un socle de confiance assez solide pour pouvoir se défouler…
    Si partout où l’enfant va seul, il est adorable et se conduit bien, c’est bien la preuve que l’apprentissage est réussi, et que l’éducation est efficace!

    Réponse
    • Jo

      Le problème, c’est que les parents aimeraient bien récolter le fruit de leur éducation, de ces phrases qu’ils répètent sans relâche . Mais il y a aussi des parents qui baissent les bras, qui trouvent des excuses à leurs enfants.
      Parfois, quand un enfant refuse de dire – Bonjour, les parents disent – Il est fatigué !
      Ce n’est pas une excuse, dire Bonjour n’a jamais fatigué personne.

      Réponse
  8. Solange

    Merci pour ces informations très interressantes , je n’ai pas souvent mon petit fils qui habite loin mais il est toujours sage en effet!!!
    Bon week-end,

    bisous Jo

    Réponse
    • Jo

      Normal, qu’il soit sage, il a de la chance de t’avoir pour mamie. Une mamie rayonnante, c’est sympa.
      Bon week-end à toi aussi. Bises

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *